DVD-VOD
La cavalcade des heures d’Yvan Noé sort en Dvd

La cavalcade des heures d’Yvan Noé sort en Dvd

10 octobre 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Hora, une représentante du Temps, descend passer vingt-quatre heures sur Terre. Nous la suivons tandis qu’elle accompagne un homme dans ses préparatifs pour se rendre au travail, un autre qui rentre chez lui déjeuner, une femme qui rend visite à son petit garçon pensionnaire, un noceur qui va vivre sa dernière heure, deux amoureux qui dînent au restaurant, un condamné à mort…Hora prend différents aspects et vient bouleverser la vie de chacun.

Yvan Noé a réalisé peu de films mais tous très bons et avec des castings intéressants. Citons par exemple Mademoiselle Mozart avec Danielle Darrieux,  Pauline Carton et Michèle Morgan  en 1936 ou encore L’étrange nuit de Noël avec Pauline Carton et Sylvia Bataille en 1939. De plus, le réalisateur est également presque toujours scénariste de ses œuvres, il y accorde un soin tout particulier, nous sentons une direction très précise d’acteurs comme de caméra, rien n’est laissé au hasard comme au théâtre, domaine dans lequel Yvan Noé s’est aussi illustré avec succès. L’édition de ce film en dvd est un juste hommage à un auteur dont toutes les œuvres mériteraient de sortir de l’ombre à nouveau.

Si Fernandel apparaît peu dans ce film, son apparition n’en n’est attendue qu’avec plus d’impatience et celle de Charles Trenet également.

Ce film presque onirique fait penser au travail de Jean Cocteau surtout dans la séquence qui ouvre le film et dans celle qui la clôt. Il donne lieu à de superbes sketchs, véritables réflexions sur la vie et la mort mais aussi et surtout sur la manière dont nous gérons notre temps sur Terre. Tour à tour sévère ou fantaisiste selon les cas auxquels elle est confrontée, la représentante du temps accompagne ceux qui le vivent. Deux séquences sont particulièrement réjouissantes: celle où Hora est aux côtés de Charles Trenet qui chante sa célèbre chanson Le débit de l’eau et le débit du lait et celle où Fernandel, en consommateur aux poches vides, s’en sort en entonnant une belle rengaine sur le fait d’être sans le sou.

Un film surprenant d’un bout à l’autre et qui reste étonnamment très moderne: l’usage que nous faisons du temps est somme toute universel, tout spectateur ne peut que se sentir concerné par ce film. Prenez le temps de regarder cette fiction, elle en vaut mille fois la peine et vous aidera peut-être à mieux gérer votre temps.

Kobja : une autre idée de la Belle et la Bête
Alex Gopher, Axel le Baron, Blamma! Blamma! et Juveniles remixent The Popopopops
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture