Cinema

« Dead Ant » de Ron Carlson : un film blood, drugs ant rock’n’roll !

« Dead Ant » de Ron Carlson : un film blood, drugs ant rock’n’roll !

19 septembre 2018 | PAR Simon Théodore

Engagé dans la catégorie des Midnight Movies du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, Ron Carlson présentait son dernier projet Dead Ant. Entre le splatter et le film parodique traitant d’un groupe de hard rock devenu has been, ce film s’avère être aussi drôle que sanglant.

[rating=4]

La première scène, durant laquelle une jolie fille poursuivie dans le désert par une fourmi géante se dénude progressivement, résume la profondeur intellectuelle de ce nouvel essai de Ron Carlson. Disons-le : du sang, du sexe et des personnages un peu débiles suffisent aux splatters pour passer un bon moment… Sonic Grave est un groupe de hard rock en perte de vitesse qui se rend au festival de Coachella, en Californie, pour relancer sa carrière. En chemin, les musiciens font une halte pour acheter de la drogue et composer le titre qui les fera remonter dans les charts. Malgré les avertissements de l’amérindien qui leur vend le « soleil », la formation ne respecte pas la nature de ce désert et l’horreur commence. En pleine redescente, ils sont poursuivis par une horde de fourmi géante.

Le scénario est donc léger mais ravira tous les amateurs de hard rock et de ce cinéma très second degré. Tous les clichés de ce genre musical sont exploités de façon efficace. Des musiciens habillés à la mode glam rappelant des formations comme Mötley Crüe, Guns N Roses ou encore Iron Maiden (la ressemblance du guitariste avec Steve Harris est marquante), un manager corrompu dont l’unique ambition se résume au succès économique de ses poulains, des groupies prêtes à passer du bon temps avec ces rock stars…tous ces éléments permettent au film d’être facilement déchiffrables et, malgré la profusion de sang, les rires ne sont jamais bien loin.

Bien que Dead Ant se rapproche plus du film parodique, le scénario offre un vague message écologique et invite au respect de la nature. Cependant, cette dimension ne sert que de prétexte pour faire intervenir des fourmis géantes mangeuses d’hommes… Le film prend alors une dimension supplémentaire, presque absurde. Certaines séquences rappellent Starship Troopers de Paul Verhoeven mais dans une version rock’n’roll ! Rythmées par une bande originale très électrique, les scènes de poursuites avec les insectes sont intenses, comiques et emmènent le spectateur vers un affrontement final où les guitares et les amplis deviennent des armes redoutables. Voir un musicien éclater son instrument sur scène peut être banal. Imaginer un guitariste, à bord d’un pick-up lancé à pleine vitesse, pourfendre sa six cordes sur la tête de ces bestioles relève du génie cinématographique. Un grand moment !

Avec Dead Ant, Ron Carlson nous propose donc un excellent divertissement d’une heure et demi où l’hémoglobine rencontre l’absurde. En somme, les hardosses fonceront tandis que les phobiques de ces formicidés s’abstiendront !

Dead Ant de Ron Carlson. Avec Tom Arnold, Sean Astin, Martin Blasick. Genre : splatter. Durée : 1h27.

Visuel : (c) Affiche du film

« The Man That Killed Hitler and then the Bigfoot : un film de héros en demi-teinte » [Critique]
Alessandro Di Profio nous parle de la 3e édition de Concerts d’Automne [Interview]
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *