Cinema

De la scène à l’écran : on connait la chanson…

11 mai 2009 | PAR Pauline

incognitoCali, Bénabar, Patrick Bruel, Marc Lavoine. De plus en plus de chanteurs s’essayent au métier d’acteur. Avec plus ou moins de succès. Si les deux premiers font tout juste leur apparition dans les salles obscures, les deux derniers ont déjà fait leurs preuves. Depuis L’Enfer de Claude Chabrol, Marc Lavoine ne s’est guère éloigné des tournages.  Ces dernières semaines, il est à l’affiche de Celle que j’aime (une comédie romantique, somme toute assez classique, d’Elie Chouraqui), en compagnie de Gérard Darmon et Barbara Schulz.

Tout comme lui, Patrick Bruel est considéré comme un acteur à part entière. Dès qu’il apparaît à l’écran, son côté chanteur pour midinettes est vite oublié pour laisser place au charisme d’un séducteur attachant. En février, on avait pu l’apercevoir dans le film choral Le code a changé de Danièle Thomson où il incarnait un médecin du milieu parisien huppé.

Cali et Bénabar, quant à eux, ont en commun (en plus d’être débutants) de mettre au caliservice de leur performance leur talent de chanteur : tous les deux signent les bandes originales de leurs films. Dans Magique ( une comédie musicale de Philippe Muil), Cali interprétait un saltimbanque qui rendait le sourire à Marie Gillain, esseulée dans une ferme isolée du Canada. Poète aux allures d’homme sensible et de papa poule, le clown de Magique ressemble à s’y méprendre au chanteur de variétés françaises.

De même, avec Incognito, Bénabar joue presque son propre rôle. Dans cette farce potache, aux côtés de Franck Dubosc et Jocelyn Quivrin, la prestation de l’artiste en super star de la chanson française s’avère assez prometteuse.


Plus d’infos sur ce film

La carrière d’acteur de Johnny Hallyday est plus particulière. Si ses premières apparitions peuvent être comparées à des succès commerciaux basés sur une affiche alléchante (D’où viens-tu Johnny?), ses performances ultérieures (Detective, L’Homme du train ou encore Jean-Philippe) révèlent un certain talent pour le cinéma. Dans Vengeance sélectionné à Cannes 2009, c’est surtout l’allure masculine, le charisme et le regard du rocker qui ont séduit le réalisateur chinois Johnnie To.

Plus d’infos sur ce film

Reste à comprendre le pourquoi de ce regain d’intérêt soudain pour les chanteurs. Si ce phénomène n’est pas nouveau emminem(Montand ou Reggiani avaient fait leurs preuves en leur temps), Cali et Bénabar n’arrivent pas à faire oublier qu’ils sont avant-tout chanteurs. Serait-ce de la mauvaise foi de supposer qu’ils doivent leur rôle à leur popularité ? L’affiche d’Incognito l’illustre plutôt bien. Annoncer Bénabar en lettres capitales et en le mettant au premier plan s’apparente à une opération promotionnelle.

Les chanteurs se jettent-ils à l’eau quand ils s’essaient au 7ème art ? Une fois considérés comme des chanteurs reconnus, au pire ces nouvelles recrues sortent leur films dans une relative indifférence, au mieux leurs BO se vendent comme des petits pains ( 8mile d’ Eminem avait fait 2,3 millions d’entrées en France, et sa chanson Lose yourself avait été no 1 dans 40 pays).

Quand une performance sur les écrans vient d’une volonté de casser une image de chanteur de variétés, un succès dans les salles confirme alors un désir de se renouveler, de découvrir d’autres horizons du monde artistique. Que l’on soit sur scène ou à l’écran, la démarche est la même. Elle consiste souvent à offrir du plaisir à son public, en s’exprimant avec son corps.

Pauline Moullot

vengeance

The Big challenge
La Seine de danse 2009, à la Défense
Pauline

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *