Cinema
[Critique] « Un début prometteur » : un film sympathique mais doté de faiblesses d’écriture

[Critique] « Un début prometteur » : un film sympathique mais doté de faiblesses d’écriture

08 septembre 2015 | PAR Matthias Turcaud

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste. Ensemble ils rencontrent Mathilde … Tel est le sujet du deuxième long-métrage, adapté d’un roman de Nicolas Rey, réalisé par Emma Luchini après Sweet Valentine en 2010.

[rating=2]

Un début prometteur se targue tout d’abord – et avec raison – d’un casting plaisamment incongru et de choix de distribution sympathiquement décontenançants, comme celui de confier le second rôle d’un horticulteur maniaque à la mine souvent déconfite à un Fabrice Luchini délicieux dans ce registre. Ensemble avec Manu Payet, le jeune Zacharie Chassériaud et la volcanique Veerle Baetens, révélée par Alabama Monroe de Felix Van Groeningen, il forme une équipe aussi inattendue qu’agréable.

Cependant, à la cause de quel scénario ce casting certes éminemment original se voue-t-il ? C’est là que le bât blesse. Si on est cueilli par certaines scènes cocasses ou culottées – le jeune prétendant apostrophant très sûr de lui un plan cul de sa belle, ou l’écrivain alcoolique interprété par Manu Payet se liant d’amitié avec le propriétaire replet d’un chien censé participer à une course -, l’ensemble du scénario peine à convaincre par manque de finesse.

En adaptant le roman de Nicholas de Rey, Emma Luchini ne fait pas dans la dentelle et traite de sujets majuscules bien surlignés dans le film tels l’apprentissage de la vie, le premier grand amour ou, au contraire, la désillusion amoureuse. La cinéaste fait malheureusement preuve de trop d’ambition et échoue à courir tous ces lièvres à la fois. Le scénario déçoit également par le manque de subtilité des dialogues : par exemple les citations un peu lourdes de Schopenhauer et de Cioran balancées par le personnage de Martin l’écrivain.

Un début prometteur, comédie d’Emma Luchini avec Manu Payet, Gaumont Distribution, 1h30, date de sortie : le 30 septembre 2015.

Trainspotting : de nouveau sur les chemins de fer ?
Star Wars 7 : En France avant le reste du monde
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *