Cinema

Contagion : un casting de rêve pour rien

Contagion : un casting de rêve pour rien

09 novembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Avec « Contagion », le réalisateur de « Trafic », et de « Mission impossible » met un gros budget (68 millions de dollars) et un casting impressionnant (Kate Winslet, Jude Law, Marion Cotillard, Matt Damon, Laurence Fishburne, Gwyneth Paltrow…) au service d’un thriller d’épidémie. Peine perdue : le spectateur regarde dans l’indifférence l’humanité s’éteindre et les gouvernements lui mentir. Sortie le 9 novembre 2011.

Rentrée de Hong-Kong auprès de son mari (Matt Damon) à Minneapolis, une jeune cadre Gwyneth Paltrow) tousse un peu, a mal à la tête et s’effondre tout d’un coup, comme foudroyée par une maladie s’apparentant à la méningite. Son fils ne tarde pas à faire de même. En deux jours, on approche les 300 cas du même type et il y a plusieurs foyers : Minneapolis, Chicago, Tokyo, Hong-Kong et Londres. Le virus se répand comme une trainée de poudre et tue un malade sur 4. Les premières mesures sanitaires et de quarantaine sont prises, décidées aux US par le Sous-Directeur Cheever (Laurence Fishburne), qui demande à une courageuse et efficace médecin (Kate Winslet) d’aménager ces mesures d’urgences aux USA. Tandis que les bons médecins américains avancent dans leurs recherches, pour comprendre que le virus, mélangeant de « mauvais aspects » (?!?) de gènes de cochons et de chauve-souris, est inédit et difficilement cultivable, du côté de l’OMC de Genève, certains responsables (dont Marion Cotillard) tentent de reconstituer l’origine de l’épidémie. Mais depuis le début l’OMC et les gouvernements sont tentés de mentir pour ne pas complétement affoler la population. A moins qu’ils ne soient liés avec les grands laboratoires pharmaceutiques qui pensent grandement s’enrichir? C’est en tout cas ce que soutient un blogger influent américain (Jude Law) depuis avant même le début de l’explosion de l’épidémie …

Croisement malheureux entre « Alerte! » et « Babel », « Contagion » multiplie pistes paranoïaques, explications scientifiques foireuses et grandes scènes de nécroses individuelles de masse des malades. Pour l’effet thriller, Soderbergh a transformé ses icônes hollywoodiennes en agents très spéciaux à la Mission impossible,et il les pousse jusqu’au côté robotique de la caricature : Gwyneth disparaît vite, victime fourbe (elle a trompé son mari), Matt Damon (le mari en question) souffre, martyre à la grimace figée, derrière sa frange qui semble faite de bois, Marion Cotillard enquête sur un virus avec des caméras, Laurence Fisburne souffle régulièrement vents de panique et paroles rassurantes d’homme responsable, Kate Winslet a planté dans ses yeux la détermination de la servante de l’État… Enfin seul personnage un peu mobile, Jude law joue les roquets à la nuque raide et représente -toujours sur le mode caricatural- la liberté de la presse… Peut-être y-a-t-il un huitième degré dans cette parodie de film de mauvais flip un soir de cuite, où le monde entier est censé touché et seuls les États-Unis luttent pour trouver le vaccin? Assez vite, on renonce cependant à le chercher pour s’ennuyer vraiment ferme devant cette apocalypse sans enjeux, ni humanité.

Contagion, de Steven Soderbergh avec  Matt Damon, Kate Winslet, Jude Law, Laurence, Fishburne, Gwyneth Paltrow, Marion Cotillard… USA, Emirats, 2011, 1h46, Sortie le 9 novembre 2011.

Glam’Food, quand Christine Barbe se délecte de notre dégoût…
Georges Rousse offre de nouvelles perspectives pour au musée de l’Homme.
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

5 thoughts on “Contagion : un casting de rêve pour rien”

Commentaire(s)

  • Magali

    Il serait bon de relire un peu vos articles. Autant de fautes, cela ne fait vraiment pas sérieux !

    novembre 9, 2011 at 17 h 01 min
  • Yaël Hirsch
    yael

    Merci pour votre commentaire
    Bien j’ai longuement cherché et trouvé un « o » manquant à Hollywood, mon état de fatigue me rend un peu faible au niveau des fautes de frappes, mais je crois que l’article fait sens que les temps sont coordonnés et les pluriels déclinés. Pas de honte, me semble-t-il… Après, je suis prête à discuter sur le fond de l’article si c’est cela qui vous a heurté…

    novembre 10, 2011 at 2 h 04 min
  • marco

    En tout cas l’auteur de ce « billet » ne connaît pas bien la filmographie de Stephen Soderbergh, il n’a jamais réalisé d’épisodes de « Mission impossible »… Par contre il a réalisé 3 épisodes des « Ocean’s »…

    novembre 21, 2011 at 16 h 59 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *