Cinema
Ce qu’il restera de nous, superbe tragédie de Vincent Macaigne à découvrir au cinéma

Ce qu’il restera de nous, superbe tragédie de Vincent Macaigne à découvrir au cinéma

29 février 2012 | PAR Olivia Leboyer

Primé au Festival de Clermont-Ferrand, où il a fait sensation, le moyen métrage de Vincent Macaigne (Au moins j’aurai laissé un beau cadavre au théâtre, et Un monde sans femmes de Guillaume Brac au cinéma) sort ce mercredi en salles ! A ne pas manquer !

Avec Ce qu’il restera de nous, Vincent Macaigne livre un film éblouissant, dur, tendu. A la mort de leur père, deux frères d’une trentaine d’années se retrouvent pour accomplir les formalités chez le notaire. L’un, Thibault (Thibault Lacroix, au jeu très intense), a toujours vécu à la marge, dans ses pensées, sans se soucier de gagner sa vie. Ses besoins, c’est son père qui y subvenait. A tous les vents, il crie son malaise, sur un ton quasiment incantatoire. Ses monologues hallucinés et précis font un peu penser au flux de certains rappeurs (« Quand tu seras enfin le cadavre de tes espoirs/alors seulement tu pourras manger à leur table »). L’autre frère, Anthony (Anthony Paliotti, inquiet, comme ramassé sur lui-même), est marié avec un enfant. Après dix ans d’études à HEC, il ne décroche que des petits stages. Sa femme, Laure (Laure Calamy, magnifique en femme à bout de forces), l’accompagne dans ce voyage, qui va s’avérer une épreuve, au sens fort. Ils l’ont décidé, ils ne continueront pas à entretenir Thibault, comme le faisait leur père. Thibault semble prendre la chose avec philosophie. Mais, coup de théâtre, c’est à Thibault, au fils prodigue, que le père a tout légué. Une tragédie classique, aux accents presque bibliques (Esaü et Jacob, Caïn et Abel ?), se met en place, entre quatre murs, une salle de bain, une morne plaine.
Lorsque les personnages passent des hurlements perçants à un ton plus doux, les mots font toujours aussi mal, et peut-être même plus. Comme si les déchirures ouvraient sur des trous sans fond. Tant que l’on n’a pas tout sorti, on peut toujours aller un peu plus loin, jusqu’au bout, pour voir s’il restera quelque chose ? Entre les deux frères, entre Anthony et sa femme, la haine et l’amour se heurtent et se confondent.

Un film marquant, dérangeant, à voir absolument !

Ce qu’il restera de nous, de Vincent Macaigne, France, 40 minutes, avec Thibault Lacroix, Anthony Paliotti, Laure Calamy. Sortie en salles le 28 février 2012.

Le Bal des Princesses 2012
Mathilde Seigner présente ses excuses
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “Ce qu’il restera de nous, superbe tragédie de Vincent Macaigne à découvrir au cinéma”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture