Cinema
Cannes, compétition : Nebraska d’Alexander Paine, un road-movie père-fils languissant sur la Croisette

Cannes, compétition : Nebraska d’Alexander Paine, un road-movie père-fils languissant sur la Croisette

23 mai 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

Le réalisateur de « Sideways » (2004) offre à la compétition cannoise un road-movie authentique en noir et blanc qui met face à face un père et son fils, puis l’ensemble de la famille. Un retour aux sources parfaitement photographié mais trop artificiel.

Vieillard alcoolique et un peu sénile, Woody Grant a un comportement qui pèse sur sa femme paternalisante et ses deux fils, notamment David, qui vient de se faire larguer et est vendeur de matériel hi-fi. Un jour, Woody reçoit un courrier lui annonçant qu’il a gagné un million. Pour le récupérer, il doit se rendre de sa ville du Montana à Lincoln, dans le Nebraska. Toute sa famille a beau lui expliquer que c’est une opération publicitaire et qu’il n’a rien gagné, le vieil homme têtu tente d’y aller à pied. Après plusieurs tentatives manquées, David, se dit qu’il va faire plaisir à son père et l’emmener. Un voyage qui passe par une étape importante : la petite ville de Hawthorne d’où vient la famille. Ce passage occasionne un grand rassemblement familial et réveille quelques fantômes du passé sur fond de rumeur persistante : tout le monde est persuadé que Woody est millionnaire.

Filmé dans 4 états, « Nebraska » offre certaines images absolument éblouissantes, des photos de vie quotidienne dans l’Amérique profonde d’une beauté que le noir et blanc rehausse. Il y a aussi de belles répliques qui font rire le public, enfin, celui que l’effet d’annonce ne crispe pas. Car le scenario reste trop squelettique, l’humour trop répétitif (le père sourd qui rate les mots importants), les dialogues peut-être trop travaillés (mélange de considérations précieuses et d’injures répétitives) empêchent que la mayonnaise puisse prendre.

Figés dans leurs rôles de vieille bique pénible et de jeune paumé trop gentil, Bruce Dern et Will Forte ne peuvent pas donner le meilleur d’eux-mêmes. Le résultat est donc une série de belles photos et de thèmes touchants mais dont l’ensemble demeure trop inabouti et franchement ennuyeux.

« Nebraska », d’Alexander Payne, avec Bruce Dern et Will Forte, USA, Paramount, 1h30. En compétition.

La vie d’Adèle (Blue is the warmest Color) : Abdellatif Kechiche filme une magnifique histoire d’amour
Gagnez 5×2 places pour le spectacle « Out of Time » du festival June Events le 7 juin
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture