Cinema
[Cannes 2021, Un certain regard] After Yang, drame de science-fiction intelligent et ample

[Cannes 2021, Un certain regard] After Yang, drame de science-fiction intelligent et ample

13 juillet 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Réalisé par Kogonada, cinéaste venu des films expérimentaux, After Yang est une fiction SF très esthétique, mais aussi très humaine.

Une société futuriste, très semblable au XXIe siècle, quelques avancées technologiques mises à part. Une famille habitant ce monde se trouve soudain bouleversée par la perte d’un être. Sauf que ce fils aîné était en fait un robot, qui a cessé de fonctionner.

Produit par A24, After Yang envisage principalement d’être un film dramatique, abordant en arrière-plan des thèmes profonds tels que l’adoption et le déracinement. Il y parvient sans mal tant ses choix esthétiques restent discrets, tout en se révélant marquants. Sa réalisation se met en fait au diapason de l’interprétation de ses formidables acteurs, à savoir Colin Farrell, fantastique et totalement habité dans un rôle de père de famille en plein doute et très fatigué, Jodie Turner-Smith, impériale face à lui, ou la toute jeune Malea Emma Tjandrawidjaja, si émouvante et juste lorsqu’elle réclame son « frère ».

Ces interprètes s’illustrent dans des scènes guère précipitées – certaines constituant des souvenirs de leur passé leur revenant – s’autorisant parfois de longs échanges dialogués, mis en scène et écrits avec beaucoup d’humanité, et ne tombant donc pas dans la philosophie facile. La longue évocation du thé en tant que concept par Colin Farrell, face à Justin H. Min, remarquable interprète du robot Yang, transporte, par exemple. Au sein de ces séquences, la photographie n’esthétise pas tout, et le rythme laisse du temps au spectateur pour insérer sa sensibilité à lui dans cet univers.

La mise en scène reste donc ambitieuse, et quelques effets un peu poseurs se glissent ici et là. Mais l’humanité prédomine tant, au sein de l’écriture, que tous les personnages paraissent avoir leur partition à jouer, dans cette histoire. On a l’impression d’être convié à découvrir en fin de compte un vrai univers, auquel le réalisateur a abondamment réfléchi pour y tracer une cohérence. Et de par leur durée, pas précipitée, les scènes finissent par atteindre quelque chose d’introspectif. Rare et précieux résultat, en un tel projet.

After Yang est présenté dans le cadre du Festival de Cannes 2021, au sein d’Un certain regard.

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2021

*

Visuel : © A24

[Cannes 2021, Compétition] Nanni Moretti fait un portrait noir et élégant de la bourgeoisie romaine avec « Tre piani »
L’agenda classique et lyrique du 13 juillet
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture