Cinema

Barbarella, le film culte avec Jane Fonda enfin en dvd et Blu-ray

Barbarella, le film culte avec Jane Fonda enfin en dvd et Blu-ray

14 janvier 2013 | PAR Yaël Hirsch

Depuis le mois dernier, Paramount a enfin édité en dvd et en blu-ray le film culte mi sci-fi, mi-erotique dans lequel la sublime Jane Fonda  a fait fantasmer toute une génération à la fois libre et libérée. Non seulement l’aventurière de l’espace n’a rien perdu de son sex-appeal, mais le délire psyché de Roger Vadim passe divinement bien l’épreuve du temps qui passe. Un grand moment du 7e art où l’on ne boude pas son plaisir à offrir ou se faire offrir.

En 1968, Rober Vadim imagine l’an 40 000 et le fait commencer à bord d’un vaisseau spatial très girly où la parfaite, sublime, sensuelle, incroyable (etc… et c’est vrai) Jane Fonda s’effeuille de sa tenue de cosmonaute futuriste dans un strip-tease en apesanteur. L’aventurière se trouve bien vite en possession d’une mission: elle est envoyée par le président de la Terre sur la planète Lithion pour récupérer une arme de destruction dangereuse, le Positron, volé par le savant Durand Durand. Alors que son vaisseau s’écrase sur cette planète, Barbarella est sauvée des attaques de poupées sadiques par un chasseur qui lui réapprend à avoir de vraie relations sexuelles, alors que les terriens civilisés se contentent d’avaler une pilule et d’entrer en osmose intellectuelle. Divinement surprise, Barbarella s’élance à la conquête de la ville mauvaise de Sogo, où les vices l’emportent, sous la houlette d’une grande reine méchante et lesbienne et l’influence maligne d’un magma dangereux. C’est là qu’elle doit retrouver Durand Durand et l’arme. Sur son chemin : de grands dangers mais aussi des plaisir multiples…

Si Dieu créa la femme, et si Roger Vadim ne renouvela pas le cinéma, ce dernier créa tout de même une certaine forme de liberté sexuelle inédite pour la femme créée par Dieu. A l’aune de BB, Jane Fonda est dans le ce film psyché tout simplement irrésistiblement sexuelle et terriblement libre. De ce dernier point de vue, l’appétit de Barbarella en vient même à briser la machine à orgasmes où son ennemi qui a mal lu Kafka aurait voulu qu’elle laisse exhaler son dernier souffle. Insatiable, indomptable, Barbarella traverse l’histoire et le film est probablement l’une des rares vraies utopies sans stupeur ni tremblement estampillée « guerre froide ». pas de peur de destruction massive, pas de clichés dégradants, mais une pleine liberté de créer ou recréer la terre, avec des femmes aux manettes du pouvoir et une sexualité à la fois joyeuse, spontanée et animale. Bien sûr, les couleurs sont sursaturées, bien sûr certaines scènes sont très kitschs, mais il y a une sorte de naïveté originelle dans Barbarella qui donne un cachet intemporel au film, et qui, des décennies de sexe triste en VHS et sur internet plus tard laisse un doux parfum de nostalgie. Quant à Jane Fonda, même si son personnage de BD n’a pas la profondeur dramatique de ceux qu’elle a pu jouer avec brio dans « Les félins » (René Clément, 1964), « On achève bien les chevaux » (Sidney Polack, 1968), sous le pseudonyme d’une super-héroïne, elle atteint dans ses invraisemblables combinaisons en latex une animalité quasi-rousseauiste qui la rend tout simplement inoubliable. Un film jubilatoire, qui oscille vraiment entre le cul, le culte et le classique.

« Barbarella » de Roger Vadim, avec Jane Fonda, John Phillip Law, Anita Pallenberg, Milo O’Shea, Marcel Marceau, Claued Dauphin, France, Italie, 98 min, sortie dvd (16,99 €) et Blu-Ray (19,99 €) Paramount Home Entertainment, sortie le 5 décembre 2012.

Gagnez 3 exemplaires de L’Enfant de Calabre de Catherine Locandro avec les éditions Héloise d’Ormesson
Par Nature au 104
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *