Cinema
Arras Film Festival Jour 2 : Quand l’Allemagne (West) surpasse l’Europe de l’est (The Japanese Dog et Miracle)

Arras Film Festival Jour 2 : Quand l’Allemagne (West) surpasse l’Europe de l’est (The Japanese Dog et Miracle)

16 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

 Après une première journée où le cinéma scandinave a donné de belles couleurs à la compétition européenne, c’est sous le soleil du nord que démarre cette seconde journée. Trois nouveaux films en compétition au menu du jour dont voici le contenu détaillé !

Afis Cainele Japonez FINAL ENLe cinéma roumain avait connu un moment de gloire avec « 4 mois, 3 semaines, 2 jours » de Cristian Mungiu en 2007 lorsque celui-ci avait remporté la palme d’or du Festival de Cannes. Ce n’est clairement pas avec « The Japanese Dog » de Tudor Cristian Jurgiu, présenté pour la première fois en France dans le cadre de la compétition européenne, que le cinéma roumain va goûter à nouveau à la notoriété. En effet, le film est peu captivant et n’arrive jamais à accrocher le spectateur. « The Japanese Dog » développe le quotidien d’un vieil homme qui a perdu son épouse et tout ce qu’il possède dans une inondation. Son fils, parti s’installer au Japon lui rend une visite surprise, accompagné de sa femme et de son fils, ils redonnent un sentiment d’existence à ce vieil homme en pleine solitude et renfermé sur lui-même. Le réalisateur roumain use et abuse des plans statiques rendant le film stérile de tout rythme et l’arrivée tardive du fils au sein de l’intrigue ne parvient pas à relancer la dynamique. Cependant, à entendre les réactions dans la salle, les grands-parents et parents pourront certainement s’identifier à ce personnage qui retrouve goût à la vie lors de ses tête-à-tête avec son petit-fils.

Dans l’après-midi nous sommes allés à la rencontre de Rune Denstad Langlo (photo 2) pour discuter longuement autour de son film et de sa passion pour le cinéma, il nous avoue alors avoir beaucoup apprécié « Le Passé » d’Asghar Farhadi et être fortement intrigué par « La vie d’Adèle » d’Abdellatif Kechiche (l’interview dans son intégralité sera à lire les prochains jours sur Toute la Culture).

b200x133Pour cette seconde séance de la journée, on se dirige chez nos voisins allemands avec « West » de Christian Schwochow. Absent pour cause de fièvre, c’est le producteur du film qui vient nous en parler. « West » se situe dans l’Allemagne de la fin des années 1970. Nelly Senff (Jördis Triebel) vit en Allemagne de l’Est avec son fils, Alexei (Tristan Göbel) et souhaite refaire sa vie suite à la mort de son mari. Elle se retrouve alors dans un centre de réfugiés dans l’attente de pouvoir obtenir la nationalité d’Allemagne de l’Ouest. Commence alors un long parcours qui sera semé d’embûches à commencer par les nombreux interrogatoires des services secrets alliés pour terminer sur une paranoïa permanente quant à la survie ou non de son mari. « West » est doté d’une belle photographie mêlant les couleurs chaudes aux couleurs froides en fonction de la situation vécue par la mère et son fils. Un duo qui fonctionne parfaitement à l’écran avec une mention spéciale pour le jeune garçon et son visage très expressif. Le réalisateur allemand propose un beau portrait de cette femme prise au piège et ne sachant pas comment avancer suite aux révélations faites par les services secrets alliés. Au final le film est plutôt bien maîtrisé, il provoque néanmoins une certaine frustration chez le spectateur qui reste dans le mystère tout du long, une volonté certainement de la part du réalisateur pour renforcer ce sentiment de paranoïa. Le film semble avoir été apprécié du public si l’on se base sur les nombreux applaudissements (il vient donc rejoindre les deux films scandinaves présentés hier pour constituer notre top 3 des favoris) !

À la sortie de la projection nous retrouvons Rune Denstad Langlo (le réalisateur du film norvégien « Chasing the wind ») accompagné de Robert Nordström (le directeur de la photographie du film finlandais « The Disciple »). C’est autour d’un bon verre de vin que nous discutons avec eux, loin d’être des stars internationales inaccessibles, les deux hommes sont très sympathiques. Je ne peux m’empêcher de les questionner à propos de leur ressenti lors de la vision d’un film également en compétition. Ils évoquent le fait qu’il est toujours délicat de voir les films des autres, d’autant plus quand la compétition est présente. En tant que passionnés de cinéma, ils ajoutent que c’est toujours plaisant de découvrir le travail d’autres réalisateurs mais que cela leur rajoute une certaine pression et fait ressortir les défauts de leurs propres films.

lg_ZAZRAK_Foto_1Enfin en séance tardive, découverte de « Miracle », le premier long métrage de fiction de Juraj Lehotsky (photo 3 à gauche). Cette coproduction slovaquo-tchèque présente Ela (Michaela Bendulova), une adolescente de 15 ans placée par sa mère dans une maison de correction, qui va tenter par tous les moyens de sortir afin de retrouver Roby, son amant et le futur père de son enfant. Profitant de sa grossesse, elle s’échappe du centre mais se retrouve dans les bras d’un Roby distant, fauché et drogué. Elle va tout faire pour essayer de lui faire gagner de l’argent mais sera finalement laissée à elle-même. Cette tranche de vie racontée par le réalisateur a des airs de documentaires, la jeune fille n’étant pas une professionnelle mais une vraie détenue dans une maison de correction. Cependant, « Miracle » ne parvient pas à toucher et se révèle froid dans son traitement, le film déçoit alors dans son ensemble et n’arrive jamais à réellement décoller pour prendre aux tripes et susciter de l’empathie auprès du public. Malgré une salle bien clairsemée, les spectateurs ont plutôt apprécié ce « Miracle » que l’on pourrait rapprocher d’un film comme « Fish Tank » de Andrea Arnold, alors peut être que le jury sera plus conquis que nous l’avons été ! Une journée en demi-teinte donc avec deux déceptions et le film allemand qui sort du lot du jour ! Au programme de la 3ème journée, excusions en Hongrie et en Pologne notamment !

visuels :

(c) image à la une : cine-arras.com

(c) Hugo Saadi : photos 2 et 3 de la Galerie

(c) affiches et images issues des films The Japanese Dog / West et Miracle

Les Démineuses au Vingtième Théâtre : un ballet sombre et puissant
Playlist de la semaine (41)
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *