Cinema

Agenda cinéma de la semaine du 16 mai

Agenda cinéma de la semaine du 16 mai

16 mai 2018 | PAR Agnes Polloni

Mais au fait on regarde quoi , cette semaine ? Cette semaine se révèle être chargée de nouvelles pépites cinématographiques, le Festival de Cannes ayant dévoilé ses plus beaux talents au long de ces onze jours riches et intenses, chroniqués sur place par La Rédaction. C’est l’occasion de re(découvrir) les nouveaux chefs d’oeuvres de demain, et les prochaines sorties en salle.

En Liberté  de Pierre Salvadori

Si la Quinzaine des réalisateurs a projeté de nombreuses bobines venues d’Amérique du Sud, les Français eux, rayonnent en matière de comédie. Après Romain Gavras, c’est au tour de Pierre Salvadori de faire rire le public en permanence avec En Liberté. Yvonne et le capitaine Santi, forment un couple de policiers, parents et intègres. Très fier de sa carrière, Santi découvre que son mari est loin d’être blanc comme neige. Antoine, un innocent a été envoyé durant huit longues années en prison sous l’ordre du capitaine. De fil en aiguille, Yvonne découvre un tout autre visage de son tendre et cher époux. Une comédie burlesque, comique et pleine de rebondissements, avec en prime la très prometteuse comédienne Adèle Haendel, repérée dans le magnifique 120 battements par minute. En liberté, film de Pierre Salvadori, avec Adèle Haendel, Pio Marmaï, Audrey Toutou, Vincent Elbaz et Damien Bonnard. Lisez notre critique

Durée : 1h47.

Sortie française au cinéma : le 31 octobre 2018.

Citizen Rose de Rose Mc Gowan

Citizen Rose, la série docu à ne pas manquer sur la tournure médiatique de l’affaire Weinstein, dont Rose Mc Gowan, incarne le personnage, pour une réalité glaçante. La chaine E! va lancer à partir de ce soir une série de quatre épisodes dans un format de documentaire. Espacée d’une semaine entre chaque, l’actrice américaine revient sur le ton de la confidence face caméra, à l’agression sexuelle subie vingt-ans plus tôt par le réalisateur américain, elle est d’ailleurs l’une des premières à ouvrir la voie à une  vague de dénonciations au sein de l’industrie hollywoodienne. Venue tout droit d’un quartier malfamé, grandie trop tôt, Rose McGowan, témoigne une nouvelle fois de sa prestance en tant qu’activiste.

Diffusés chaque mercredi durant un mois sur la chaine E! à partir de 21h. 

Durée : (1×90 min) puis (3×42)

Trois visages de Jafar Panahi

Avec talent, Jafar Pahani, le réalisateur du Cercle et de Sang et d’or, signe un long-métrage en trompe-l’oeil, dans lequel il semble pousser jusqu’à l’exacerbation un fait réel. Si le résultat manque un peu d’ampleur et de densité, la démarche de Three Faces (« Trois visages »)  et Se rock de son titre original,  reste belle, cohérente et habitée par la tristesse. Une actrice iranienne par Bernhaz Jafari reçoit une étrange vidéo d’une jeune fille la suppliant de l’aider à échapper à sa famille aux pratiques ancestrales. Le réalisateur Jafar Panahi intervient alors dans une mise en scène digne du réalisateur pour l’aider à comprendre s’il s’agit d’une mascarade organisée. Les deux protagonistes se transportent  alors dans les montagnes reculées de leur pays, afin de saisir tout l’enjeu des traditions encore très marquées de ces populations autochtones. Des images de paysages perses à couper le souffle, du romantisme et du drame au programme, un chef-d’oeuvre signé par le talentueux réalisateur iranien. Lisez notre critique

Date de sortie en salle : 15 mai 2018.

Durée du long-métrage : 1h40 min.

Et mon coeur Transparent de Raphaël Vital-Durand et David Vital-Durand

On termine cette semaine de découvertes multiculturelles par le film Et mon coeur Transparent, vivement salué de la critique. Réalisés par Raphael Vital-Durand et David Vital-Durand les deux frères signent un premier métrage douleureux, émotionnel. Lancelot Rubinstein a perdu sa femme Irina, « ce jour-là, à cet instant précis ». Dans ce film plein de tourmente, Lancelot Rubinstein revient sur les moments-clés de son histoire avec sa défunte épouse, un retour nostalgique post-mortem plein de romantisme, d’onirisme, et du mystère auréolé autour de la vie mensongère d’Irina. Une plongée dans un thriller mené par un mari circonspect et déterminé à découvrir la face cachée du miroir, reflétant d’un côté une femme libre et joyeuse, de l’autre, un mari sombre, naïf et amoureux. Mention aux  réalisateurs qui se sont inspirés des vers de Paul Verlaine pour un résultat on ne peut plus poétique.

Date de sorties en salle : 16 mai 2018 

Durée du film : 1h26 min

Visuel © Affiche officielle

[Critique] du film « Monsieur Je sais Tout » Mettre en lumière l’autisme Asperger
Nabucco monumental et intime à Montpellier
Agnes Polloni

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *