Cinema

Adoration : Atom Egoyan égal à lui-même

13 avril 2009 | PAR Eric

adorationAtom Egoyan ne suit pas les schémas habituels et son nouveau film, Adoration, ne déroge pas à la règle. Il mène  un récit fluide et rythmé, suivant une structure complexe, offrant dans une seconde partie des réponses à choix multiple sur des questions d’actualités.

Le film suit le parcours d’un orphelin Simon (Devon Bostick), en pleine crise d’adolescence. Élevé par son oncle (Scott Speedman),  le jeune homme organise, sous l’impulsion de sa prof de français, un canular inspiré d’un fait divers : il déclare son père défunt coupable d’une tentative d’attentat. Rendu publique sur internet, le mensonge échappe à leur contrôle.

Dans Adoration, la vie virtuelle occupe une plac prédominante.
Dans Adoration, la vie virtuelle occupe une place prédominante.

Le réalisateur mène ici une réflexion sur le monde virtuel et ses impacts dans le monde réel. En ligne de mire : le terrorisme. Atom Egoyam fait fi de la vision manichéenne. Il oppose les points de vue, faisant passer les terroristes parfois pour des assassins, parfois pour des héros.

Le film est une expérience intense et grisante, une belle mécanique intelligente.

Eric Provot

Adoration, de Atom Egoyan, avec Devon Bostick, Scott Speedman, Rachel Blanchard, Arsinée Khanjian, Noam Jenkins, Canada, 2008., 1h40. Sortie le 15 avril.

Moby en concert, vente le 12 mai
Ambraude ou le sacre de la fleur et de la femme
Eric

One thought on “Adoration : Atom Egoyan égal à lui-même”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *