A l'affiche

« Un havre de paix », les trois frères par Yona Rozenkier

« Un havre de paix », les trois frères par Yona Rozenkier

08 juin 2019 | PAR Yaël Hirsch

Pour son premier long-métrage, le cinéaste israélien Yona Rozenkier a choisi un thème : la fratrie et un lieu, le kibboutz de son enfance. Une parenthèse enchantée où la question de la guerre et celle de la virilité frappent violemment à porte du paradis. En salles le 12 juin 2019.

La mort de leur papa ramène trois frères au Kibboutz Yehiam, où ils ont grandi, au nord d’Israël. Le petit dernier, Avishaï (Micha Rozenkier) doit partir au Liban, juste au moment où la guerre gronde. L’aîné, Itaï (Yona Rozenkier) s’engage à l’entraîner pour qu’il arrive au meilleur du lui-même au front tandis que le deuxième, Yoav (Yoel Rozenkier) est traumatisé par son service et veut le préserver de cette expérience.

Le Kibboutz de l’enfance est un bien étrange jardin d’Eden où les frères rivalisent, se chamaillent et font leur deuil comme trois chatons. A côté de l’élégante maman, délicieusement italianisante, le monde des « grands » gronde, et alors que personne ne comprend très bien le sens de la guerre, l’aîné de la fratrie en fait le critère majeur pour juger un homme. Dans un monde totalement laïque au point où le défunt père les laisse sans repères, les trois frères se retrouvent pour passer à l’âge adulte, réellement douloureux et violent. Un film sauvage et intense où le réalisateur plonge à mains nues dans l’histoire de sa famille pour amener ses frères à faire le jeu des chaises musicales, changer de chaise et purger les douleurs en changeant de point de vue. Restent l’immuable Kibboutz, déjà dépassé dans l’enfance, et la réalité inhumaine de la guerre qui crie aux portes du Havre de paix.

Yona Rozenkier, Un havre de paix, avec Micha Rozenkier, Yoel Rozenkier, Yona Rozenkier, Claudia Dulitchi, Israël, 2018, 1h31, Pyramide distribution, sortie française le 12 juin 2019.
visuel : affiche du film

L’art de Dora Maar au Centre Pompidou
La Sèche, une communauté pour se remettre en forme à l’orée de l’été
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *