A l'affiche
« Sarcellopolis » : un conte social lauréat du Visa d’Or pour l’image 2015

« Sarcellopolis » : un conte social lauréat du Visa d’Or pour l’image 2015

04 septembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

La septième édition du Visa d’Or du Webdocumentaire a récompensé, mercredi 2 septembre, « Sarcellopolis », de Sébastien Daycard-Heid et produit par François Cusset (Yes sir films). Une baguenaude de 20 minutes dans cette cité-monde remplie de contes et de conteurs. 

Ce mercredi 2 septembre se tenait la septième cérémonie de remise du Visa d’Or, prix récompensant le meilleur Webdocumentaire, sous la régence de RFI et de France 24. Cette année c’est Sébastien Daycard-Heid qui remporte tous les suffrages et succède ainsi au très acclamé Samuel Bollendorf, le lauréat 2014.

Sébastien Daycart-Heid fait la jolie proposition d’un voyage en terrain connu pour certains, et en terre inconnue pour d’autres dans la cité-monde de Sarcelles, en banlieue parisienne. L’idée est simple mais d’une efficacité toute heureuse : un bus, une caméra et surtout des gens, des vrais. Aucun comédien bien sûr, mais de vrais coutumiers du bus 368 dans lequel nous emmène le réalisateur pour un entretien avec l’altérité. Au fil des histoires se dessine un conte narré à la perfection par ces habitants du monde qui expliquent le « vivre ensemble » de différentes communautés forcées à se côtoyer malgré d’immenses dissemblances. Sarcelles, c’est 90 communautés pour seulement 60 000 habitants. Y a t-il une chance, alors, de parvenir à une cohésion sociale pérenne ? A travers l’énonciation de thèmes sur l’égalité des chances, des hommes et des femmes se croisent, se rencontrent et répondent à cette question plus qu’actuelle. Ce documentaire rend hommage à Marc Bernard, prix Goncourt 1942 qui narrait l’histoire d’un jeune homme emménageant à Sarcelles. Le héros rêvait à une vie communautaire, fantasmait sur l’unicité dans un ensemble et méprisait les à priori de l’époque sur l’immigration.

Sarcellopolis évoque le voyage enfermé, la flânerie frustrée et dessine avec brio l’histoire d’un monde d’aujourd’hui. Une escapade humaine et sociale à découvrir sans plus tarder.  

Un film réalisé par Sébastien Daycart-Heid et Bertrand Dévé et produit par François Cusset. (Yes sir films)

Visuel : ©Affiche officielle du film

Couvrez ce migrant que je ne saurais voir
L’horizon flou de l’Education nationale d’Alain Juppé
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *