A l'affiche
« No Pain, No gain » de Michael Bay : N’est pas Tarantino qui veut

« No Pain, No gain » de Michael Bay : N’est pas Tarantino qui veut

08 septembre 2013 | PAR La Rédaction

 

Le festival du cinéma américain de Deauville présentait en première aujourd’hui « No pain, No gain » de Michael Bay (The Transformer, Pearl Harbour, Armageddon).Inspiré d’un fait divers, le film met en scène trois culturistes(dont Mark Wahlberg) qui kidnappent un homme pour le piller de ses biens et prendre sa place. Un bon début pour un thriller décalé, mais la suite déçoit. En salles le 11 septembre. 

« No pain, No Gain » commence comme une comédie burlesque, surréaliste et se termine dans la Tragedie. On pense à d’autres faits divers mis en lumière par le cinéma comme « L’appât »de Bertrand Tavernier. Le propos du film est intéressant: Certains laissés pour compte sont prêts à tout pour accéder au rêve américain où tout paraît là, disponible. Les riches s’exhibent à la télévision, dans les restaurants, dans les magazines. Alors pourquoi ne pas aller se servir comme ces adolescents le font dans « The Bling Ring », le dernier film de Sofia Coppola? Victimes de la société de consommation, mais aussi du culte du corps et de la beauté, ces trois détraqués veulent leur part du gâteau américain.

Mais, hélas pour le spectateur, la mise en scène du film n’est pas a la hauteur de son propos. Le cocktail d’humour noir (voire trash) et de violence extrême n’est pas donné à tout le monde. Michael Bay n’est pas Tarentino et l’esthétique des scènes de violence est loin derrière Cronenberg. S’il n’était pas rappelé au spectateur qu’il assiste à une histoire vraie, il n’y aurait plus qu’à se lever et rentrer chez soi. Mais la stupeur l’emporte, puis le malaise s’installe carrément chez le spectateur : pas seulement parce que le kidnapping est odieux mais aussi parce que le détective engagé (joue par Ed Harris) fait le service minimum. Si bien que le réalisateur nous envoie un message brouillé. A force de ne savoir s’il faut rire ou pleurer, on en oublie d’avoir de l’émotion : N’est pas Tarentino qui veut.

« No pain, no gain » de Michael Bay, avec Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Ed Harris, USA, 2013, 2h09 min, Sortie le 11 septembre 2013.

Grisha P.

Histoire secrète de l’OM par David Garcia
Taratata revient sur le web
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture