Medias
Taratata revient sur le web

Taratata revient sur le web

08 septembre 2013 | PAR Christophe Dard

Taratata n’est pas mort. L’émission live revient sur Internet. Nagui s’est associé avec Jacques-Antoine Granjon, le fondateur du site vente-privée.com

20130908-170459.jpg
Taratata, c’est un peu comme ces stars du music-hall sur le retour, des adieux et puis finalement ça revient toujours pour une énième représentation. Au printemps dernier, l’émission de Nagui tirait sa révérence après 20 ans d’existence même si au cours de cette période le programme avait déjà été supprimé entre 2000 et 2005. Tout le monde se disait que Taratata allait rendre l’antenne définitivement avec son coût trop élevé (60 000 euros par émission) pour un faible nombre de téléspectateurs (environ 193 000 aficionados seulement), les dirigeants de France Télévisions oubliant toutefois de rappeler que l’émission passait en 3ème partie de soirée le vendredi, à 1 heure du matin. La fin du show s’était accompagnée de messages d’artistes, dont celui, émouvant, de Johnny Hallyday. Une pétition a même recueilli 150 000 signatures bien qu’au même moment les télespectateurs de France 3 faisaient la même chose pour sauver Chabada de Daniela Lumbroso…

ADIEU FRANCE 2, BONJOUR VENTE PRIVEE
Mais en fait Taratata ne disparaît pas. Le « bébé » de Nagui s’est trouvé un bon copain depuis quelques temps, Internet. Mytaratata.com permet de retrouver les lives et les meilleurs moments tout comme la page Taratata on air sur Youtube.
Et c’est grâce à la Toile que Taratata revient pour de vrai. Nagui s’est associé avec Jacques-Antoine Granjon, le fondateur du site Vente Privée. Et ca tombe bien. Granjon aime la musique et il a des sous (une fortune estimée à 750 millions d’euros selon Challenges).
Le site du Huffington Post parle même d’un partenariat avec d’autres médias, la radio pop-rock RTL 2 et la chaîne TV5 Monde. Taratata pourrait alors être diffusé une trentaine de fois sur l’année pour un format nettement plus court que l’émission télé, 26 minutes. Le dispositif précis sera présenté à la presse mercredi.

« No Pain, No gain » de Michael Bay : N’est pas Tarantino qui veut
De la révolution, Hannah Arendt, le changement c’est maintenant…
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *