A l'affiche
Leones, un premier film d’atmosphère remarquable sur le passage à l’âge adulte

Leones, un premier film d’atmosphère remarquable sur le passage à l’âge adulte

14 juillet 2013 | PAR Yaël Hirsch


Sélectionné dans la catégorie « Orrizonto » du Festival de Venise, « Leones » est un premier film argentin incisif et minéral de Jazmín López suit les pas de 5 jeunes adultes dans une forêt étrangement inquiétante. En salles le 7 août.

Apparemment en route pour les vacances, cinq jeunes d’une vingtaine d’années sont obligés de laisser la BMW de leurs parents de parcourir le reste du chemin vers leur maison de villégiature à pied. Ils entrent alors dans une forêt touffue et un peu inquiétante qui les désoriente parfaitement. La plus blonde et sensible d’entre eux, « Isa », pose sans cesse de grandes questions existentielles et a peur que la nuit tombe avant qu’ils soient arrivés à bon port. Sa copine « Sofi » est amoureuse, tandis que le frère de cette dernière, un peu plus épais que les autres garçons, pérore pour tenter de séduire Isa. Flingue en main, vêtements qui s’intervertissent citations littéraires et jeux de phrases à 6 mots sont autant de manière pour les 5 amis de se rassurer.

Extrêmement référentiel (Bach aussi bien que Sonic Youth ou Blow up) et osé, « Leones » étale avec brio les labyrinthes brogesiens du passage à l’âge adulte. Parfois très studieux de par ses quelques plans interminables, mais terriblement esthétiques (la photo est signée Matias Mesa qui a beaucoup travaillé avec Gus Van Sant pour ses films adulescents), ce premier essai de la réalisatrice argentine envoûte par ses bruissements et le mouvement perpétuel de ses acteurs. La nature est un personnage à part entière du film, probablement même le personnages principal. Beau, scintillant et parfois un peu effrayant.

« Leones », de Jazmín López avec Julia Volpato, Pablo Sigal, Macarena del Corro, Diego Vegezzi, Tomàs Mackinlay, Argentine, Premium films, 2012, 1h22. Sortie le 7 août 2013.

Fabiola, reine blanche ou reine transparente ?
Le photographe Ferrante Ferranti sculpte l’archéologie de lumière à la MEP
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *