A l'affiche

Emmanuelle Devos parfaite Desperate houswife dans la Vie domestique

Emmanuelle Devos parfaite Desperate houswife dans la Vie domestique

11 septembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

Adaptation filmique et en banlieue française du brillant roman de l’anglaise Rachel Cusk, « Arlington Park » (L’Olivier, 2007), »La vie domestique » d’Isabelle Czajka raconte 24 heures de la vie d’une femme et d’une mère qui renonce insensiblement à ses ambitions pour reprendre les rènes d’une vie domestique sans attrait, mais que la pesanteur de la tradition destine aux femmes. Un film mélancolique et magistral, en salles le 2 octobre 2013.

[rating=5]

Docteure, ancienne prof et recherchant du travail dans l’édition, Juliette (Emmanuelle Devos) suit son mari Thomas (Laurent Poitrenaux) en banlieue parisienne, alors qu’il est muté comme proviseur à la tête d’un grand lycée. Entre la nouvelle école des enfants, un dîner à organiser et à préparer pour sympathiser avec les voisins et un atelier de littérature qu’elle anime pour un groupe de jeunes filles dans un lycée professionnel, Juliette espère un entretien pour le travail de ses rêves. Mais lui sera-t-il possible de laisser « la vie domestique » pour se rendre au pied levé à Paris et rencontrer son éventuel futur boss? Sur fond un peu glauque de fait divers, Juliette vaque à ses occupations, passant comme il se doit, la moitié de son temps au volant de la grosse voiture familiale et croisant sur son chemin, à l’école ou à l’immense et désolant centre commercial, un groupe de femmes au foyer qui se sont laissées entièrement happées par la vie domestique et ont renoncé à toute personnalité.

Adaptation réussie  de Rachel Cusk et de Virginia Woolf dont le Mrs Dalloway avait inspiré « Arlington Park », « La vie domestique » présente la fascination du vide et la renonciation à soi qui guette la femme de classe moyenne plus, épouse et mère, et insensiblement toujours en charge d’une intendance épuisante. Malgré la bienveillance et l’amour des maris, et leur leçon bien apprise d’aller acheter le vin pour participer à l’organisation du diner, le quatuor de femmes au foyer éteintes ou en train de s’éteindre interprétées par Emmanuelle Devos, Natacha Régnier, Julie Ferrier et Héléna Noguerra exprime un tel malaise, si bien ancré dans les gestes les plus banals de la vie quotidienne, qu’on s’interroge sur les résultats d’un 20ème siècle qui s’est voulu féministe… Mélancolique et juste « La vie domestique » est à l’image de son titre : aussi simple qu’existentiel.

« La vie domestique », d’Isabelle Czajka avec Emmanuelle Devos, Natacha Régnier, Julie Ferrier, Laurent Poitrenaux, Marie-Christine Barrault, Laurent Cappelluto et Héléna Noguerra, France, 2013, 1h33. Ad Vitam. Sortie le 2 octobre 2013.

visuels : affiche et photo officielle du film.

Le jour se lève sur une nouvelle toile de Van Gogh : Coucher de soleil sur Montmajour retrouvé
Le cas Eduard Einstein : Laurent Seksik donne la parole au fils du génie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *