A l'affiche
[Deauville, Compétition] Les vampires mélancoliques de « A girl walks home alone at night » d’Ana Lily Kapour

[Deauville, Compétition] Les vampires mélancoliques de « A girl walks home alone at night » d’Ana Lily Kapour

01 septembre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Premier long métrage découvert à Sundance, A girl walks home alone at night est un film d’atmosphère réussi en compétition au Festival du film américain de Deauville.  Ana Lily Kapour crée le trouble, dans une « Bad City iranienne » déserte et inquiétante. 

[rating=4]

Dans un Bad City industriel quasiment en friche, le jeune et beau Arash (Arash Marandi, James Dean opiniâtre) vit avec son vieux père malade et junkie. Alors que le dealer de son père vole la voiture de Arash, une mystérieuse « Fille » (Sheila Vand), marinière sur le dos et voile noir en guise de cape, le venge. Vampire, elle séduit le bad boy et le dévore jusqu’au sang… Elle entre en interaction avec d’autres personnages : une prostituée magnifiquement triste et un petit garçon aussi peureux qu’apeuré, avant de rencontrer Arash à un bal déguisé où il joue… les comtes de  Dracula!

Dans un noir et blanc hypnotique et un décor post-industriel qui fait à la fois penser au Batman de Nolan et aux vampires esthétiques du Only Lovers left alone de Jim Jarmusch, Ana Lily Kapour chorégraphie une mélancolie aux bords de l’humain. Incrusté de musique précieuse, illuminé par la parcimonie des dialogues en Farsi et rehaussé de références glamours dans les atours années 1950 des magnifiques acteurs, A girl walks home alone at night crée une atmosphère étonnante. Une vraie réussite, peut-être un peu contemplative pour viser le grand prix, mais le public attentif du Festival du film américain de Deauville pourrait bien soutenir cette jolie expérience cinéma fantastique.

Ana Lily Kapour, A girl walks home alone at night, avec Sheila Vand, Arash Marandi, Marshall Manesh, USA, 2014, 1h40, distribution : Pretty Pictures. En compétition. 

Visuels : photos officielles du film

Les concerts du mois de septembre à ne manquer sous aucun prétexte
Cage of Eden Tome 3 : l’ennemi invisible
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture