A l'affiche

[Critique] « Vie Sauvage » : Mathieu Kassovitz incarne une figure de père absolu

[Critique] « Vie Sauvage » : Mathieu Kassovitz incarne une figure de père absolu

26 octobre 2014 | PAR Olivia Leboyer

Après Une vie meilleure, Cédric Kahn livre un autre film sur les rêves et les impasses : dans Vie Sauvage, Mathieu Kassovitz incarne un père qui entreprend de soustraire ses deux enfants à leur mère et, surtout, à la société. Fort, émouvant, un film à ne pas manquer. En salles le 29 octobre.

[rating=4]

Sauvage, le film de Cédric Kahn l’est, sans conteste. C’est à une vision du monde, tranchée et sans concession, que le cinéaste nous confronte. En enlevant ses deux enfants à leur mère, Paco (Mathieu Kassovitz) décide de jouer le rôle du Père, mais également tous les autres rôles : l’école, la nature, les règles, c’est lui qui les posera pour ses enfants. Entier, d’un orgueil superbe, cet homme en rupture de ban, qui a toujours vécu en communauté, veut se substituer à la Société. Obligés de se cacher, de mentir sur leur identité, les deux enfants grandissent au contact de la nature, dans des cabanes de bois, des grottes, enveloppés par leur père d’un amour indéfectible.

Cédric Kahn filme cette étrange cavale sans édicter de jugement : au début et à la fin du film, la mère apparaît (Céline Sallette), forcément plus éloignée, exclue de la complicité tissée par le père au fil de ces années de fuite. Une fuite en avant pleine de précautions, d’attentions, d’intelligence. Loin d’être irresponsable, le père pense cette vie marginale dans toutes ses implications, initiant les enfants à un mode de vie alternatif. Scindé en deux, le film montre le temps enchanté de la petite enfance, où le père est un héros (un peu comme dans Le Grand Homme de Sarah Leonor). Puis, avec l’entrée dans l’adolescence, vient le temps des doutes, de la distance : soudain, les petits enfants devenus hommes (les quatre acteurs sont prodigieux) comprennent à quel point la décision paternelle les a coupés de la normalité. Le passage d’une partie à l’autre, du temps merveilleux et étiré de l’enfance aux heurts brusques de l’adolescence est très réussi. L’impression, peut-être, que le temps est passé trop vite, ou que quelque chose, en chemin, s’est perdu. Mais, aux incompréhensions, aux reproches de ses enfants, le père oppose un amour inconditionnel, à toute épreuve.

Que dire de Mathieu Kassovitz ? De sa démarche, son regard, sa voix, se dégagent une animalité, une vérité extraordinaires.

Vie Sauvage, de Cédric Kahn, France, 1h46, avec Mathieu Kassovitz, Céline Sallette, David Gastou, Sofiane Neveu, Romain Depret, Jules Ritmanic, Jenna Thiam, Tara-Jay Bangalter, Brigitte Sy. Sortie le 29 octobre 2014.

Visuels : (c) affiche, photos et bande annonce officielles du film.

Tilda Swinton, la muse
[Critique] « Fils de » : HPG s’interroge en toute liberté sur la paternité
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *