A l'affiche
[Critique] « Le Grand Homme », un grand film avec Jérémie Renier

[Critique] « Le Grand Homme », un grand film avec Jérémie Renier

13 août 2014 | PAR Olivia Leboyer

Le Grand Homme1

Après Au Voleur (dernier film de Guillaume Depardieu), Sarah Leonor livre une œuvre frappante sur la perte et la filiation. Un très beau film, solaire et mélancolique. A voir absolument, en salles dès le 13 août.

[rating=5]

Le prologue évoque les légendes dorées : deux légionnaires héroïques, frères d’armes, ont affronté la guerre d’Afghanistan, allant en éclaireurs à la rencontre des balles et des léopards des neiges. Des noms héroïques, Hamilton et Markov, sortes d’Achille et de Patrocle des temps modernes. Précisément, aujourd’hui, le temps des héros appartient au passé : après la légion, il y a le retour à la vie civile.

La réalisation de Sarah Leonor, très fluide, épouse en douceur les points de bascule du récit. On passe de l’Afghanistan saturé de soleil et de dangers au quotidien maussade de Paris. Hamilton et Markov n’existent plus, alors, et ce sont deux hommes aux noms communs qui doivent se réinventer. L’un, Français (Jérémie Renier, éblouissant), n’a pas de famille. L’autre, tchétchène (Surho Sugaipov, magnétique), a un fils mais pas de papiers. Dans cette nouvelle galère de la vraie vie, moins glorieuse, que peuvent partager les deux hommes ? Frères d’armes, ils sont aussi frères de sang, frères de lait. Dans une très belle scène, les deux hommes, scellent leur amitié indéfectible autour d’un plateau de fruits de mer.

Sans révéler l’intrigue, aussi belle qu’un conte de l’Antiquité, disons seulement qu’il est question de fraternité, de filiation et de dignité.

Un grand homme peut être un héros ordinaire, humain et simple. Sans effets inutiles, avec sobriété et pudeur, Sarah Leonor nous émeut profondément. Assurément, un grand film.

Le Grand Homme, de Sarah Leonor, 1h47, France, avec Jérémie Renier, Surho Sugaipov, Ramzan Idiev. Sortie le 13 août 2014.

visuels: affiche, photo et bande annonce officielles du film.

Docteur Mephisto Tome 2 : le chevalier du Diable
Finissages et expos de la semaine du 14 août
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “[Critique] « Le Grand Homme », un grand film avec Jérémie Renier”

Commentaire(s)

  • Albert

    Je vous rejoins, c’est un film fort et subtil.

    septembre 7, 2014 at 18 h 32 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture