A l'affiche
[Critique] « Unfriended » film d’horreur Skype / Facebook plutôt malin jouant habilement de son concept radical

[Critique] « Unfriended » film d’horreur Skype / Facebook plutôt malin jouant habilement de son concept radical

27 juin 2015 | PAR Gilles Herail

Unfriended est un film d’horreur qui mérite le coup d’œil en raison d’un système de réalisation radical et stimulant. Le suspens vient uniquement de ce qui se passe sur un écran d’ordinateur et il faudra attendre la dernière seconde pour voir un plan large sortant de ce cadre. Un concept assez fort pour maintenir notre attention et assurer un divertissement plutôt bien mené.

[rating=3]

Synopsis officiel: Une jeune lycéenne se suicide après qu’une vidéo compromettante sur elle ait été publiée sur Internet. Un an plus tard, six de ses amis se connectent, un soir, sur skype, pour « tchater » entre eux. Mais une septième personne, inconnue des autres, se connecte également. Cet intrus se montre très vite sous un visage inquiétant et menace les six amis de tuer le premier qui se déconnectera. Peu à peu, les événements tragiques qui ont marqué la bande, un an plus tôt, refont surface et se montrent sous un nouveau jour.

Les films de genre reposent toujours sur les mêmes effets mais le copié-collé des scénarios oblige à innover du côté de la réalisation et de la forme. On s’était habitué aux found-footage de type Paranormal Activity qui a créé un quasi genre en-soi. Unfriended détourne le principe en adoptant un concept encore plus radical. Un film entièrement vu depuis un écran. Qui ne s’autorise aucun arrangement avec ce postulat drastique et joue uniquement avec ce qui peut apparaître sur l’ordinateur. On n’ira pas jusqu’à considérer Unfriended comme un film d’auteur expérimental car les facilités habituelles du genre horrifique sont bien présentes. Mais cette idée ambitieuse est utilisée avec beaucoup d’habileté par un scénario malin et une réalisation qui utilise au maximum le peu de possibilités qui lui sont données.

Comment créer de la tension avec du rien? C’est tout le challenge du film qui utilise les bruits familiers de logiciels, fait apparaître des fenêtres, crée un mystérieux profil sans avatar sur Skype ou fait monter l’angoisse sur un bouton « unfriend » qui s’est effacé. Ce petit jeu fonctionne plutôt bien en cherchant la surprise et l’angoisse, mais plus l’humour que l’horreur. Le scénario se détourne petit à petit du mystère initial pour faire imploser un groupe d’amis qui ont tous quelque chose à se reprocher. Dans une mémorable partie de « je n’ai jamais » qui vire au jeu de massacre. Unfriended n’est clairement pas le film d’épouvante le plus stressant de la décennie. On prend pourtant beaucoup de plaisir à découvrir les mille et une astuces qui permettent au réalisateur de tenir son divertissement de manière plutôt respectable pendant 1H20. Un véritable pari, qui ose titiller son public en lui proposant un concept différent. Ce qui n’est pas si courant.

Gilles Hérail

Unfriended, un film d’horreur américain de Levan Gabriadze, durée 1H23, sortie le 24/06/2015

Bande-annonce et visuels officiels.

Playlist de la semaine (120)
Box-Office France : Vice-Versa des studios Pixar approche 800.000 entrées pour sa première semaine
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *