A l'affiche

[Critique] « Un homme idéal » Pierre Niney dans un thriller invraisemblable qui s’enfonce dans le ridicule

[Critique] « Un homme idéal » Pierre Niney dans un thriller invraisemblable qui s’enfonce dans le ridicule

21 mars 2015 | PAR Gilles Herail

Invraisemblable de bout en bout, Un Homme Idéal est plus proche du nanar que du thriller d’ambiance. L’image est léchée, les acteurs sont beaux mais on ne croit pas une seconde aux rebondissements qui s’enchaînent et entraînent le film vers le grand guignol. A éviter. 

[rating=1]

Synopsis officiel: Mathieu, 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement…Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom…Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

La bande-annonce efficace passait en boucle dans les salles depuis des semaines. Pierre Niney revenait auréolé de son César du meilleur acteur. Sans attendre une claque comme Gone Girl, on espérait un petit thriller soigné, bien joué, sachant ménager sa tension et ses effets. Un homme idéal est en réalité une véritable déception. Le premier tiers fonctionne par ellipses en nous présentant un jeune écrivain accumulant des petits boulots dans l’espoir de pouvoir un jour publier. Qui découvre le journal de guerre d’un soldat français en Algérie et devient du jour au lendemain star du roman français en s’appropriant ce récit. Le voilà donc marié à une jeune intellectuelle de bonne famille et à siroter son champagne au bord de la piscine dans la villa de beau-papa. Quand les ennuis commencent.

Le scénario n’explore pas assez la question toujours intéressante de l’angoisse de la page blanche et du sentiment d’usurpation. Et cherche au contraire les rebondissements les plus absurdes pour relancer le rythme. Le corbeau qui veut faire chanter le personnage principal se dévoile très vite et ne sera jamais exploité. Pierre Niney devient en deux temps trois mouvements un pro de la disparition de cadavre (on n’en dira pas plus pour ne pas dévoiler le scénario). Les invraisemblances se multiplient, on ne croit jamais au couple Niney/Girardot qui manque cruellement de complicité et l’ambiance qui aurait pu être feutrée devient toc. Yann Gozlan assure des images léchées et une musique de circonstance mais Un Homme Idéal se rapproche plus d’un luxueux nanar que d’un intense thriller. Une déception.

Gilles Hérail

Un homme idéal, un thriller français de Yann Gozlan avec Pierre Niney et Ana Girardot, durée 1H37, sortie le 18 mars 2015

Visuels et bande-annonce officiels.
[Critique] « Divergente 2 l’insurrection » Shailene Woodley héroïne d’un Hunger Games en moins bien
Bruce Nauman à la Fondation Cartier : tout un parcours en quelques oeuvres
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *