A l'affiche
[Critique] « Philomena » ou comment Judi Dench transcende le mélodrame

[Critique] « Philomena » ou comment Judi Dench transcende le mélodrame

25 décembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

Après nous avoir baladé dans l’univers impitoyable du jeu avec Lady Vegas, Stephen Frears revient vers ses terres, et fort bien accompagné : le couple Judi Dench / Steeve Coogan transcende le drame humain et la transposition est un tout grand film. En salles le 8 janvier 2013.

[rating=5]

Au début des années 1950, en Irlande, la jeune Philomena « pèche » et tombe enceinte. Ses parents la déclarent morte et l’envoient dans un couvent où elle travaille à la blanchisserie et ne peut voir son fils Anthony qu’une heure par jour… Puis les sœurs vendent l’enfant à une riche famille américaine. 50 ans plus tard, à la faveur d’une rencontre avec un ancien journaliste de la BBC (Steve Coogan, sompteux), Philomena (Judi Dench, qu’on a envie d’ovationner à chaque instant) se remet en quête de ce fils perdu… Mais l’étrange duo du snob cynique déchu et de la femme du peuple croyante n’est pas toujours fait pour s’entendre.

C’est Steve Coogan qui s’est emparé du livre sensation de Martin Sixsmith et qui est à l’initiative de cette transposition d’un fait réel fort émouvant. Avec la complicité de son co-scénariste Jeff Pope et de l’immense Judi Dench, il pousse le rigoureux Steven Frears vers un nouveau terrain d’expérimentation : l’adaptation non plus d’un roman mais d’un « fait humain », et ce, avec grand succès. Toute la force du film est d’éviter de sombrer dans le pathos. Étant donné que le sujet émeut de lui-même, il fallait tout le flegme d’une caméra britannique pour transmuer le mélodrame en chef d’œuvre. Paris gagné, de par le format du film qui utilise peu de flash-back pour privilégier le road-trip, et de par le jeu infiniment subtil et juste des deux immenses acteurs qui le portent.

Chapeau bas !

Philomena, de Stephen Frears avec Judi Dench et Steve Coogan, UK, 2013, 1h38, Pathé, sortie le 8 janvier 2014.

Visuel : © photo du film

La Souricière : Shakespeare revisité avec humour et fantaisie
Les vernissages de la semaine du 25 décembre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *