A l'affiche
[Critique] « Microbe et Gasoil » de Michel Gondry. Un road-movie adolescent drôle, tendre et décalé

[Critique] « Microbe et Gasoil » de Michel Gondry. Un road-movie adolescent drôle, tendre et décalé

15 juillet 2015 | PAR Gilles Herail

Microbe et Gasoil est un road movie plein d’humour suivant deux jeunes rêveurs s’interrogeant sur le sens de la vie en arpentant les petites routes à bord d’une improbable voiture. On rit beaucoup, bercé par l’univers de Michel Gondry qui gagne en simplicité tout en conservant son étrangeté. Du cinéma artisanal très personnel et plein de charme.

[rating=4]

Ssynopsis officiel : les aventures débridées de deux ados un peu à la marge : le petit « Microbe » et l’inventif « Gasoil ». Alors que les grandes vacances approchent, les deux amis n’ont aucune envie de passer deux mois avec leur famille. A l’aide d’un moteur de tondeuse et de planches de bois, ils décident donc de fabriquer leur propre « voiture » et de partir à l’aventure sur les routes de France…

Michel Gondry aime les marginaux, les décalés, les inventeurs géniaux un peu minables. Qui créent des univers de bric et de broc en assumant leur part d’enfance. Les films suédés de Soyez sympas Rembobinez, l’émission de télévision onirique de La Science des rêves, les improbables décors de L’écume des jours. Gondry nous avait déjà étonné en filmant des ados américains dans un bus avec The We and the I, mettant de côté ses inventions visuelles pour se concentrer sur l’humain. Microbe et Gasoil poursuit dans ce sens, en explorant cette fois le genre autobiographique, en repartant d’un délire d’enfance avorté. Un projet de traversée de la campagne française qu’il n’avait pu réalisé et fait finalement vivre sur grand écran.

On retrouve bien sûr la passion du bricolage et des constructions étonnantes, avec cette incroyable hybride entre voiture et maison que les deux lurons vont construire en parcourant les décharges. Mais le film est avant tout une chronique initiatique adolescente. Mettant en scène l’enfant Michel Gondry, Microbe, ressemblant un peu à une fille, se posant d’étranges questions, un peu perdu dans son imaginaire, à la recherche d’aventure et d’évasion. Qui trouve en Gasoil un mentor et un meilleur ami, revendiquant son originalité, d’apparence sûr de lui. Un garçon sur la même longueur d’ondes avec qui il va pouvoir partager ses questionnements existentiels. Le ton n’est pas à la nostalgie ou à la mélancolie, au contraire à l’enthousiasme et à l’humour.

Michel Gondry a eu la bonne idée de mélanger ses souvenirs avec un cadre plus contemporain. Brouillant les pistes, en faisant parler des enfants d’aujourd’hui comme des gamins des années 1970/80. Créant ce décalage qui désarçonne les premières minutes mais donne au film un caractère plus intemporel. On rit beaucoup, des grandes discussions sur la vie de ces deux ados embarqués dans des aventures rocambolesques. Où il sera question d’un amour de vacances, d’un gang d’origine asiatique, d’un dentiste de film d’horreur, et bien sûr d’amitié. Gondry nous prouve avec ce film estival plein de fraîcheur que son univers arrive à exister sans créations carton pâte, que son âme d’enfant s’exprime quelque soit le format. Une très jolie surprise.

Gilles Hérail

Microbe et Gasoil, une comédie adolescente de Michel Gondr avec Ange Dargent et Théophile Baquet, durée 1H43, sortie le 8 juillet 2015 

Bande-annonce et visuels officiels.
L’actrice Léna Dunham lance une newsletter féministe
Les sorties cinéma de la semaine du 15 Juillet
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *