A l'affiche
[Critique] : « Conversation animée avec Noam Chomsky » de Michel Gondry, une conversation vraiment « animée »

[Critique] : « Conversation animée avec Noam Chomsky » de Michel Gondry, une conversation vraiment « animée »

01 mai 2014 | PAR La Rédaction

Présenté à la Berlinale, cette année, dans la section Panorama, le documentaire de Michel Gondry (The eternal sunshine of the Spotless Mind, La science des rêves, The We and the I) sur le philosophe du langage Noam Chomsky, sort en salles ce mercredi 30 avril. L’animation est au cœur de ce travail qui ravira les cinéphiles, même s’il risque de laisser les philosophes les plus exigeants sur leur faim.

 

[rating=4]

Réaliser un film sur la pensée ou même sur le parcours biographique d’un intellectuel américain, somme toute peu connu du grand public en France, constitue en soi un pari risqué. Or ce pari semble plus difficile encore lorsque ce film se présente sous la forme d’un entretien avec un penseur assez âgé, parlant d’une voix monocorde et sur un ton distancié qui contraste singulièrement avec le ton enthousiaste et enjoué du réalisateur. Malgré tous ces obstacles, on peut cependant affirmer que le film de Michel Gondry mérite pleinement son titre, « conversation animée avec Noam Chomsky ». Qu’on nous pardonne de vouloir expliciter le jeu de mots du cinéaste : cette conversation n’est pas seulement « animée » au sens où le cinéma d’animation permet de recréer l’illusion du mouvement à partir de la présentation d’images fixes qui se succèdent rapidement à l’écran, mais aussi au sens où ce procédé choisi par le réalisateur permet de donner aux idées les plus abstraites et aux raisonnements les plus complexes du « maître-penseur » une illustration très vivante et souvent plaisante. Autrement dit, ce film nous a semblé très réussi sur le plan formel.

En ce qui concerne son contenu, il laissera sans doute sur leur faim les philosophes de profession, et plus encore ceux qui ont déjà une certaine familiarité avec les thèses du théoricien de la « grammaire générative ». Mais tel n’est pas son but ni son intérêt véritable. Plus intéressante est l’approche du cinéaste qui consiste, par une série de questions témoignant d’une naïveté plus ou moins feinte mais authentiquement socratique, à contraindre le penseur à formuler ses idées dans un langage simple et abordable, et même à bousculer parfois les attitudes trop dogmatiques du théoricien. Enfin, et là n’est pas le moindre intérêt du film, le dialogue entre Gondry et Chomsky révèle les liens entre les thèses scientifiques iconoclastes et les engagements politiques controversés qui ont jalonné la longue vie du penseur, lequel consent à dévoiler ici et là quelques anecdotes très personnelles sur sa biographie. Ainsi, le refus déterminé du tout jeune Chomsky d’avaler le porridge que l’une de ses tantes se proposait de lui faire ingérer contre son gré, lorsqu’il n’avait encore qu’un an et demi, est présenté par l’interviewé comme un élément biographique propre à éclairer l’ensemble de sa trajectoire ultérieure, de sa lutte contre la guerre américaine au Vietnam dans les années 1960 jusqu’aux critiques contemporaines de la politique extérieure américaine basée sur le « droit d’ingérence »… S’agit-il d’un épisode vécu ou bien de l’un de ces souvenirs reconstitués que notre imagination se plaît à concevoir afin d’embellir a posteriori la période de notre enfance ? Peu importe au fond, l’essentiel étant que le « continuum psychique » anti-autoritaire propre au penseur américain nous soit restitué dans toute sa richesse et sa complexité, c’est-à-dire aussi ses angles morts, ses zones d’ombre et ses contradictions.

Conversation animée avec Noam Chomsky. Is the man who is tall happy?, de Michel Gondry, France, 85 min, 2013, Shellac. Sortie le 30 avril 2014.

Jean-Claude Poizat.

visuel : image officielle du film

Momo des Halles
Le journal filmé : l’archive en tant qu’art, l’art en tant que vie
La Rédaction

One thought on “[Critique] : « Conversation animée avec Noam Chomsky » de Michel Gondry, une conversation vraiment « animée »”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    A propos

    Toute La Culture : Comment choisir ?
    Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

    L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
    Soyez libres… Cultivez-vous !

    Soutenez Toute La Culture