A l'affiche
« Thee Wreckers Tetralogy » de Rosto : un monde rock et baroque

« Thee Wreckers Tetralogy » de Rosto : un monde rock et baroque

03 mars 2020 | PAR Julia Wahl

La société de production Autour de Minuit sort en salles Thee Wreckers Tetralogy du réalisateur de films d’animation néerlandais Rosto, mort en mars 2019.

Un ciel sombre qui se confond avec les eaux d’une mer déchainée, des images qui se succèdent à la manière d’un cadavre exquis, un sentiment permanent de liquidité à la saveur onirique, Bowie et Kurt Cobain en exergues : les quatre films de Rosto proposent une interprétation rock de motifs baroques qui ne sont pas sans évoquer L’Eau et les rêves de Bachelard.

Partant de la musique de son groupe de rock Thee Wreckers, Rosto nous emmène dans un voyage vers des rêves sombres et hantés, aux personnages aux orbites énuclées ou aux yeux figés à la manière de billes d’agate, comme dépourvus d’humanité. Des murs qui tremblent, des caves aux allures de grottes, des salles de classe et des couloirs d’hôtels. Et, grâce au dernier opus, Reruns, dans les souvenirs et l’avenir de l’auteur, de son enfance à sa transformation en squelette.

Outre cette épopée déroutante et marquante, notons la fluidité dans la superposition de l’animation à la prise de vue réelle ou dans le passage du noir et blanc à la couleur et d’un lieu à l’autre, à la manière d’Un Chien andalou. Un sentiment d’apesanteur qui se confronte de façon surprenante à des représentations topiques des rockeurs. 

Un effet obtenu grâce à un important travail mêlant animation en volumes, images de synthèse, prises de vues réelles et motion capture. Un court documentaire sur le processus de création suit les quatre films.

Autour de cette sortie du testament cinématographique de l’as de l’animation, Autour de Minuit organise une exposition à Clermont, dans la foulée du festival, jusqu’au 29 mars, la sortie de son roman graphique Mind the Gap accompagné du double album Songs From My Gap, le 4 mars, du vinyle So Far so evil le 6 mars et d’un DVD/Bluray de Thee Wreckers Tetralogy en juin.

Visuel : © Autour de Minuit

« Le Baiser du renard », un shôjo trop classique
Le grand et illustre performeur et photographe Ulay s’est éteint hier
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *