A l'affiche
[Critique] « Maléfique » Grand spectacle féerique désenchanté porté par Angelina Jolie

[Critique] « Maléfique » Grand spectacle féerique désenchanté porté par Angelina Jolie

29 mai 2014 | PAR Gilles Herail

En tout point meilleur à l’Alice de Tim Burton qu’il rend immédiatement ringard, Maléfique démontre tout le savoir faire technicien de son réalisateur et réussit l’équilibre subtil entre une noirceur étonnante et le happy end attendu. 

[rating=3]

Synopsis officiel: Maléfique est une belle jeune femme au coeur pur qui mène une  vie idyllique au sein d’une paisible forêt dans un royaume où règnent le bonheur et l’harmonie. Un jour, une armée d’envahisseurs menace les frontières du pays et Maléfique, n’écoutant que son courage, s’élève en féroce protectrice de cette terre. Dans cette lutte acharnée, une personne en qui elle avait foi va la trahir, déclenchant en elle une souffrance à nulle autre pareille qui va petit à petit transformer son cœur pur en un cœur de pierre. Bien décidée à se venger, elle s’engage dans une bataille épique avec le successeur du roi, jetant une terrible malédiction sur sa fille qui vient de naître, Aurore. Mais lorsque l’enfant grandit, Maléfique se rend compte que la petite princesse détient la clé de la paix du royaume, et peut-être aussi celle de sa propre rédemption…

Le réveil de Disney a sonné depuis longtemps. En relançant Marvel et l’animation maison tout en cherchant à développer des contes de fées live à grand spectacle. Maléfique est la première réussite de ce nouveau genre que l’on retrouvera bientôt dans une adaptation attendue de Cendrillon. Maléfique répond à un fantasme de tout amateur de conte. Prendre le point de vue de la méchante, de l’incarnation même du mal. Le Blanche Neige de Tarsem Singh offrait ce rôle à Julia Roberts dans une comédie parodique débridée, incongrue et farfelue. Maléfique fait un choix radicalement différent en humanisant la diablesse et en inventant une histoire expliquant les raisons de son courroux. Et cette histoire est bien plus intéressante que le récit de La belle au bois dormant elle même qui nous ennuie royalement.

Angélina Jolie apporte sa beauté froide et hautaine, son visage figé travaillé par un maquillage mécanique et affiche un dédain glacial cachant une blessure profonde qui sera le sujet du film. La lumière verte maléfique du conte jaillit après une trahison. Celle de l’être aimé qui préfère arracher à sa belle ce qu’elle a de plus précieux, ses ailes, pour assouvir sa soif de pouvoir. Maléfique nous conte donc l’histoire de cet accès de colère vengeresse, punissant un simple bébé pour marquer son dégoût des hommes. Mais la mauvaise fée a toujours un cœur et va protéger l’enfant tout en prétendant la détester. Elle est une ombre, une silhouette vue de dos qui rattrape les erreurs du trio de gentilles fées ici ridiculisées. Disney l’a bien compris. Les personnages fascinants sont les plus troubles et le choix de changer de point de vue pour narrer un récit éculé légitime toute l’entreprise du film.

Des regrets il y en a. Une belle au bois dormant insupportable s’émerveillant de tout et de rien avec une constance déprimante. Une incapacité à créer un univers propre qui malgré une vraie richesse visuelle, s’inspire trop ouvertement d’Avatar, du Seigneur des anneaux et du récent Oz de Sam Raimi. Et une certaine hésitation à assumer une noirceur qui aurait du être plus présente. Mais le spectateur prend beaucoup de plaisir devant ce grand spectacle épique qui reste un divertissement familial et doit être jugé comme tel en étant la meilleure surprise de Disney depuis longtemps.

Maléfique, un film fantastique américain de Robert Stromberg avec Angelina Jolie, durée 1h37, sortie le 28 mai 2014

Visuels et bande-annonce officiels du film.
Réédition dvd : « Bunny Lake a disparu » de Otto Preminger sort chez Wildside
Benjamin Biolay chante contre le Front National
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *