A l'affiche

[Critique] « Made in France » de Nicolas Boukhrief : au coeur d’un réseau djihadiste

[Critique] « Made in France » de Nicolas Boukhrief : au coeur d’un réseau djihadiste

22 octobre 2015 | PAR Simon Théodore

Après Gardiens de l’Ordre sorti en 2009, Nicolas Boukhrief livre, en cette fin d’année, son nouveau long métrage intitulé Made in France. Dans un style proche du thriller et du polar, il propose une immersion dans une cellule djihadiste française. Véritablement poignant, ce film traite, de manière forte, d’un sujet ô combien actuel.

[rating=4]

Sam est un journaliste indépendant. Profitant de sa culture musulmane, il s’infiltre, afin de rédiger un livre, dans un milieu intégriste de la banlieue parisienne. Rencontré au sein d’une mosquée illégale, il se rapproche d’un groupe de quatre individus projetant d’orchestrer des attentats dans la capitale. Témoin de l’évolution du destin d’une jeunesse en perdition, il sera très vite dépassé par les événements. Bien que pensé avant les terribles attentats de janvier, le nouveau film de Nicolas Boukhrief est donc terriblement d’actualité.

En couplant un fusil d’assaut Kalachnikov à la Tour Eiffel, symbole de la France, l’affiche du film produisait déjà un véritable choc. Made in France a ce même effet. Les différents protagonistes ne sont que des « gamins ». Fans de Scarface, passionnés de foot, ou encore dévoués à leur famille, ils appartiennent à une jeunesse « normale ». Reflet d’une génération en perdition, issus de différents milieux sociaux, leur parcours sera néanmoins sinueux et tragique. Le réalisateur s’attache à dresser le portrait ces jeunes en perte de repères et en perpétuelle recherche d’identité. D’ailleurs, bien qu’appartenant à un nouveau groupe social, ils peineront à véritablement la trouver. Ce film devient poignant dans la mesure où, bien que prévoyant de terribles choses, il n’en reste pas moins des humains « comme les autres », dotés de sentiments et de problèmes qui leurs sont propres. Associés à leurs physiques juvéniles et influencés par un « gourou », ces traits provoquent une véritable empathie pour ces protagonistes.

En immersion dans le quotidien de ce groupuscule terroriste, le spectateur pénètre dans leur intimité. Ainsi, l’histoire devient fascinante car elle invite à découvrir un univers secret et interdit. Si le sujet choisi est sensible, Nicolas Boukhrief évite toute polémique en éclipsant le politique et l’amalgame religieux pour finalement s’intéresser à un temps marquant un tournant dans la vie des personnages. Des indices permettent de comprendre le basculement de ces jeunes, d’autres rendent compte de la difficulté de combattre ces réseaux. L’action et l’intensité montent crescendos. Laissant au début la possibilité de se familiariser avec les individus, elles offrent, par la suite, un bouquet final dans lequel le tragique règne.

En somme, Made in France se veut captivant, passionnant et émouvant. Ce long métrage pointe donc du doigt le fait que les pires horreurs perpétrées ces derniers temps ont été l’œuvre de personnes manipulées qui ont, un jour, été des « gosses », des humains comme tout le monde…

Made in France, de Nicolas Boukhrief, avec Malik Zidi, Dimitri Storoge, Ahmed Dramé. Durée : 1h34min. Sortie le 18 novembre 2015.

Visuel : (c) Affiche officielle du film

L’agenda des vernissages du jeudi 22 octobre 2015
[Interview] Le photographe Jean-Paul Morrel-Armstrong nous parle de son solo show à la Pijama Galerie
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *