A l'affiche
[Critique] « La stratégie Ender», tentative intéressante de science-fiction adolescente intelligente

[Critique] « La stratégie Ender», tentative intéressante de science-fiction adolescente intelligente

09 novembre 2013 | PAR Gilles Herail

[rating=4]

Plus tôt cette année, M. Night Shyamalan nous avait proposé un film certes imparfait mais une proposition de cinéma intéressante. Une science-fiction de décor, prétexte à une réflexion sur la maitrise de la peur. Ender’s game possède une ambition similaire. Un film à la Star Wars mais relativement peu spectaculaire, assez bavard, qui ne caresse pas le spectateur dans le sens du poil. La Stratégie Ender est en réalité un gigantesque concours pour trouver le sauveur d’une humanité apparemment mise en danger par une espèce extraterrestre belliqueuse. Un monde où l’on choisit des enfants présélectionnés pour leur intelligence dans un programme militaire cherchant la parfaite combinaison entre leadership, intellect, empathie et sang-froid.

Une école d’enfants soldats que l’on manipule au nom du bien commun. Belle idée assez controversée pour interroger le spectateur en permanence et maintenir un suspense à hauteur de (petit) homme. Dans ce centre de formation pour dictateur militaire en puissance, Harrisson est chargé de repérer la perle rare. Son dévolu se porte vite sur Ender, un surdoué émotif qui peine parfois à contenir des explosions de violence refoulée. Rendu crédible par le jeu étonnant d’intensité du jeune acteur charismatique, cette guerre des étoiles devient en réalité une joute psychologique entre l’apprenti et le mentor, où la frontière entre fiction et réalité est rendue floue.

C’est l’autre bonne idée du film. Parler de guerre devenue virtuelle, où les drones remplacent les soldats, où le centre de commandement n’est qu’un jeu vidéo de plus. Dans ce monde de simulateurs, la rapidité brute et le jusqu’auboutisme guerrier des enfants est savamment entretenu pour remplir les objectifs militaires. Alors bien sur, l’imagerie et les décors font parfois un peu léger et quelques dialogues n’évitent pas les maladresses (notamment dans les 2 dernières minutes). Mais ce mélange inattendu entre Star Wars, Hunger Games et une fiction sur les enfants soldats est loin d’être inintéressante. On doute fortement du succès en salle d’un film pas assez formaté qui ne sait pas réellement à quel type de public il s’adresse. Mais La stratégie Ender vaut définitivement le coup d’œil.

Gilles Hérail

La stratégie Ender, un film de science-fiction de Gavin Hood avec Harrison Ford, durée 1H54, sortie le 6 novembre 2013
Une bonne âme aux ateliers Berthier, théâtre de l’Odéon
[Live report] These New Puritans et Suuns à la Cigale (festival des Inrocks)
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *