A l'affiche
[CRITIQUE] « Inferno » ou comment Ron Howard gâche le roman de Dan Brown

[CRITIQUE] « Inferno » ou comment Ron Howard gâche le roman de Dan Brown

08 novembre 2016 | PAR Aurélie David

Ce mercredi 9 novembre, Tom Hanks revient au cinéma dans la peau du célèbre professeur Robert Langdon dans « Inferno ». Après « Da Vinci Code » en 2006 et « Anges et Démons » en 2009, Ron Howard adapte pour la troisième fois un roman de Dan Brown, et c’est plutôt décevant…

[rating=1]

[Synopsis officiel] Dans « Inferno », le célèbre expert en symbologie suit la piste d’indices liés au grand poète florentin Dante Alighieri. Robert Langdon se réveille dans un hôpital italien, frappé d’amnésie, et va devoir collaborer avec le docteur Sienna Brooks pour retrouver la mémoire. Tous deux vont sillonner l’Europe dans une course contre la montre pour déjouer un complot à l’échelle mondiale et empêcher le déchaînement de l’Enfer…

Inferno de Ron Howard aurait pu être, au choix, un grand film d’action ou un angoissant thriller ésotérique. Il avait tout : une très bonne histoire écrite par le romancier américain Dan Brown et un casting cinq étoiles. Mais encore une fois, Da Vinci Code et Anges et Démons n’ayant déjà pas été très convaincants, Ron Howard échoue à transposer à l’écran une œuvre littéraire originale en un bon film. Pourtant l’histoire est simple : une nouvelle fois, le professeur Robert Langdon est mêlé à une sombre enquête qui a pour centre, non plus Léonard de Vinci et son œuvre « Mona Lisa » ni la confrérie des Illuminati au Vatican, mais Dante Alighieri et son célèbre poème « L’Enfer ». Un jour, Robert Langdon se réveille dans un hôpital florentin en Italie : il est blessé et amnésique. Pour contrer le projet fou du généticien Bertrand Zobrist, convaincu qu’il faut éliminer une partie de la population mondiale pour que celle-ci puisse survivre au chaos et à la fin du monde imminente, Robert Langdon s’allie au docteur Sienna Brooks afin de résoudre une série d’énigmes. L’enjeu : détruire en peu de temps une arme bactériologique conçue par Bertrand Zobrist et destinée à déchaîner « L’Enfer ». Pour ce troisième opus, le casting est soigné : Tom Hanks, qu’on ne présente plus, et déjà à l’affiche des deux précédents films de la trilogie Robert Langdon, mais aussi Felicity Jones (déjà vue dans The Amazing Spider Man : Le Destin d’un héros et à l’affiche cet hiver de Rogue One : A Star Wars Story), Ben Foster (X-Men : L’Affrontement final), Irrfan Khan (sublime dans Slumdog Millionnaire et L’Odyssée de Pi), Sidse Babett Knudsen (magistrale dans la série Borgen, une femme au pouvoir) et le français Omar Sy dans un rôle radicalement opposé à ceux qu’ils endossent habituellement (Intouchables). Cependant, malgré ces deux atouts, Ron Howard prend le parti de modifier la trame de l’histoire initiée par Dan Brown, et cela se révèle très dérangeant au point d’en gâcher le film. En effet, si un réalisateur a entièrement le droit d’adapter un roman à sa manière, de faire des coupes dans l’histoire parce que tout n’est pas adaptable à l’écran ou encore de modifier certains éléments de la narration, il est cependant dommage de voir celui-ci changer complètement la fin de l’histoire. En effet, ceux qui ont lu l’œuvre « Inferno » de Dan Brown risquent d’être très déçus, voire même très frustrés, de la fin montrée dans le film. Sans spoiler, celle-ci n’est en rien la fin originelle imaginée par Dan Brown. Ce qui est bien dommage puisque cette fin était tout bonnement brillante et très inattendue, contrairement à celle du film : ridicule et sans suspense. Vraiment dommage ! Un conseil, si vous ne cherchez qu’un bon film d’action ou un bon thriller ésotérique pour vous divertir, ou que vous êtes un fan inconditionnel de Tom Hanks, allez voir Inferno au cinéma. Cependant, si vous avez lu « Inferno », contentez-vous du livre, bien plus brillant et divertissant.

Inferno de Ron Howard. Thriller américain. 2 h 02. Avec Tom Hanks, Felicity Jones, Ben Foster, Omar Sy… Sortie le 9 novembre 2016.

Crédits : © Photo et vidéo officielles du film.

[Critique] « Sicixia » une histoire simple en Galice, un coup de coeur
Le cirque Romanès réchauffe les âmes, les corps et les coeurs
Aurélie David

3 thoughts on “[CRITIQUE] « Inferno » ou comment Ron Howard gâche le roman de Dan Brown”

Commentaire(s)

  • garcia

    Je suis tout à fait d’accord. Nous sommes allés voir le film après lecture et nous avons été déçu par le dénouement trop politiquement correct…

    décembre 27, 2016 at 11 h 45 min
  • Anik Boudart

    Contrairement aux premiers commentaires, je pense que les 2 premiers opus de Ron Howard étaient fidèles aux livres et bien menés. Par contre, en accord avec la critique récente, l’Inferno de Ron Howard ne reflète pas l’ambiance ressentie à la lecture de l’ouvrage de Dan Brown. En cause, selon moi et a contrario des commentaires précédents, un défaut de présentation des personnages et de leurs relations, un manque de précisions dans les ressentis et émotions vécues au-delà des flashs traumatiques, bref .. durant la première demi-heure c’et totalement incompréhensible et ennuyeux pour qui ne connaît pas l’intrigue menée de main de maître par l’auteur. Cette histoire est tout simplement mal comprise par le réalisateur, donc mal jouée. Dommage ! Autant Ron Howard que les comédiens ont pu montrer leurs talents respectifs, autant cette fois ils sont en défaut parce que mal servis par un scénario mal compris. Je rêve d’une ultime représentation d’un opus mieux construit d’une histoire de Dan Brown mieux anticipée.

    mars 7, 2018 at 1 h 54 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *