Musique

Hadestown, l’opéra folk d’Anaïs Mitchell puise dans le baroque

06 mai 2010 | PAR Yaël Hirsch

Anaïs Mitchell, a écrit son « opéra folk » sur les Enfers pour une première performance à Vergennes, dans son Vermont natal, en décembre 2006 et s’est très bien entourée (Ani Di Franco, Justin Vernon de Bon Iver…). Trois ans et demie plus tard l’album « Hadestown » (Rigtheous Babe/ Naïve) est enfin disponible pour le grand public. Un chef d’oeuvre qui mélange thèmes baroques et musique folk, le tout transposé au temps de la Prohibition.

Reconnue par la chanteuse féministe Ani Di Franco qui l’a aidée à signer son album « The Brightness » chez Rigtheous Babe, Anaïs Mitchell est restée fidèle au Vermont et à son mentor en montant son opéra sur le monde d’Hadès à Vergennes et en donnant le rôle de Perséphone à Di Franco. Pour la suite du superbe casting, on retrouve Justin Vernon de Boniver en Orphée, la troublante voix de basse folk de Greg Brown redonne vie à Hadès, Ben Knox Miller du groupe Low Anthem est Hermès et l’émouvante Anaïs Mitchell interprète Eurydice. L’histoire est transposée de l’antiquité grecque à la grande dépression américaine : Eurydice se laisse séduire par Hadès, qui lui décrit sa ville (Hadestown) comme un hâvre de sécurité et d’opulence. Elle le suit donc, quittant son amant, le poète Orphée, qui comme le veut l’histoire, tente tout de même de la ramener des Enfers.

Anaïs Mitchel reprend un sujet et certains thèmes musicaux tout droits sortis du XVIIIème siècle. On ne peut évidemment pas s’empêcher de penser à « l’Orphée » de Gluck, même si les intermèdes musicaux d’Hadestown  -qui sont certainement les morceaux les plus inspirés du baroque – rappellent par certains aspects Rameau (l’intro du « songbird » ou la deuxième partie du « lover’s song » font écho aux « Indes Galantes » ou aux « Fêtes d’Hébé »). Et puis, en bonne compositrice baroque, Anaïs Mitchell use et abuse des répétitions de phrases clés sans pour autant aller jusqu’à écrire des arias da capo. Mais ce substrat « baroque » n’est que la  base « classique » qu’Anaïs Mitchell et Michael Chorney (son orchestrateur) enveloppent d’un folk traditionnel pour rejoindre la musique de la grande dépression et des années 1930.
Ainsi, par exemple, le duo « Hey, Little songbird » reprend un thème classique de l’opéra baroque (le « Morning’s lurke » de « Sémélé » de Haendel) pour le rehausser de batterie folk et de la voix profonde (mais plus proche de celle de Paul Robeson que de Laurent Naouri) de Greg Brown. De même, « Gone, I am Gone » reprend le ravissement baroque (le « Where shall I fly » de Déjanire dans « Hercules » de Haendel) sur le mode du « récital » entre deux arias. Mais ce motif est porté par la voix très « cabaret » d’Anaïs Mitchell. Quant au flower-power, il est bien sûr très présent, notamment dans LA chason d’Eurydice/Mitchell (« Flowers »), et dans le joyeux « Wedding Song ».

« Hadestown » est une épopée fluide dont on connaît la fin, mais dont les péripéties poétiques (à lire dans le très beau « libretto« ) fascinent. Le mélange des genres fonctionne dans des mélodies bruissantes de vie, et dégageant une langueur méditative très addictive. Enfin, comme pour un « vrai » opéra, la qualité des voix finit de donner toutes ses lettres de noblesse à une oeuvre dont la renommée dépasse déjà largement les frontières du Vermont.

« Hadestown« , d’Anaïs Mitchel, avec Ani Di Franco, Ben Knox Miller, Justin Vernon et Greg Brown, orchestration Michael Chorney, Rigtheous Babe/ Naïve, sortie le 26 avril 2010, 14 euros.

photo 1 : Alicia J Rose

Godard en avant-première… sur internet
Michel Drucker héros d’un téléfilm
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *