A l'affiche
[Critique] « How I Live Now (C’est ma vie maintenant) » : après Andrew Niccol, Kevin McDonald sombre dans la science-fiction romantique adolescente. Navrant.

[Critique] « How I Live Now (C’est ma vie maintenant) » : après Andrew Niccol, Kevin McDonald sombre dans la science-fiction romantique adolescente. Navrant.

16 mars 2014 | PAR Gilles Herail

On se souvient encore avec un goût amer des Âmes Vagabondes, nanar signé Andrew Niccol, pas aidé il faut le dire par l’écriture de Stéphanie Meyer, déjà responsable des Twilight. Kevin McDonald plus connu pour son dernier roi d’Ecosse suit la même piste avec ce « Maintenant c’est ma vie » à mi-chemin entre Les Fils de l’Homme et la Petite Maison dans la prairie. Une débâcle qui prend un malin plaisir à creuser sa propre tombe. A éviter.

[rating=1]

Comme dans Les Ames Vagabondes, le pitch de départ laissait entrevoir des pistes intéressantes. Une américaine dans la campagne anglaise sur fond de guerre nucléaire aux motifs peu clairs, qui ne seront d’ailleurs jamais éclaircis. Le décor de guerre et les paysages apocalyptiques réalistes à la The Road et Les Fils de l’homme ne sont en réalité qu’un prétexte. Prétexte pour nous conter une histoire d’amour mielleuse et souvent ridicule et un récit initiatique du même acabit qui vont nous transformer une cruchasse obsédée par la propreté en Jennifer Lawrence du pauvre. Pas aidé par une jeune Saoirse Ronan en roue libre qui ne trouve jamais le ton juste et est tout autant caricaturale en Américaine prétentieuse qu’en mère courage et en amoureuse éperdue, le personnage principal ne convainc jamais. Contrairement à la troupe d’acteurs britanniques qui nous ferait presque croire à cette fratrie livrée à elle-même qui profite d’un été à la campagne en oubliant la guerre qui s’annonce.  Le coup de foudre entre l’aîné de la famille et notre belle héroïne est aussi improbable qu’irritant.

Parlant aux animaux tel St François d’Assise, le  ténébreux mutique séduit la belle en montrant ses pecs pendant 2/3 du film sous un brushing impeccable. Mademoiselle nous fait subir ses conflits intérieurs avec des voix off discordantes à la psychologie douteuse. Puisque la thématique de la guerre ne semble intéresser personne, le film part dans un survival movie sans tensions ni enjeux qui s’éternise jusqu’à des retrouvailles finales attendues. On se souvient des Hunger Games et de Warm Bodies, deux exemples qui montrent que le fantastique, la romance adolescente et la tension dramatique ne sont pas antinomiques. Quand on ne prend pas son spectateur pour un idiot. Un film prétentieux et tout simplement raté.

Gilles Hérail

How I live Now, un drame de Kevin McDonald avec Saoirse Ronan, durée 1h41, sortie le 19 février 2014
La revue de web de la semaine
De Watteau à Fragonard : Les fêtes galantes s’exposent au Musée Jacquemart-André
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture