A l'affiche
[Critique] « Fiston » Comédie sympathique pour éternels ados romantiques avec Franck Dubosc et Kev Adams

[Critique] « Fiston » Comédie sympathique pour éternels ados romantiques avec Franck Dubosc et Kev Adams

16 mars 2014 | PAR Gilles Herail

Une plutôt bonne surprise avec un Frank Dubosc sobre, Kev Adams égal à lui même et Valérie Benguigui hilarante dans un second rôle qui lui va comme un gant. Fiston déroule son scénario sans surprise mais malin et est tout à fait recommandable.

[rating=3]

Synopsis officiel: Depuis qu’il a 7 ans, Alex n’a qu’une obsession : séduire Sandra Valenti, la plus jolie fille d’Aix en Provence et, à ses yeux, la plus jolie fille du monde. Aujourd’hui, il lui faut un plan infaillible pour pouvoir enfin l’aborder. Il décide de s’adjoindre les services d’Antoine Chamoine qui presque 20 ans auparavant, a séduit Monica, la mère de Sandra.

Pascal Bourdiaux était derrière le dernier vrai succès de José Garcia. Un Mac pas si enthousiasmant mais plutôt rythmé . Fiston ressemble plus aux Gamins. Une même réunion de deux hommes manquant de confiance, impressionnés par des femmes qu’ils idéalisent et qui leur font peur. Une même variation sur le thème de l’amitié intergénérationnelle, qui cherche la tendresse et où la relation mentor disciple s’inverse au fur et à mesure. Kev Adams est un phénomène peu compréhensible pour qui est né avant les années 2000. Il répète ici son rôle de looser fleur bleue avec une certaine sincérité à défaut de saillies comiques mémorables. Car il a pour l’épauler deux pointures de la comédie. La regrettée Valérie Benguigui disparue récemment et à laquelle on avait rendu hommage ici. Son rôle de mère un peu maladroite fumeuse de joint mais cherchant à bien faire en étant à côté de la plaque est un vrai petit bonheur.

Et Dubosc évidemment qui confirme après Incognito qu’il est très bon en second rôle. Ultra efficace. Toujours dans le rythme et pas si mauvais dans les scènes plus tendres, il tient à la perfection son rôle de looser pathétique à l’âme d’enfant, amoureux éperdu jamais guéri par une idylle de jeunesse mal terminée. On aime plutôt bien ce Fiston au delà des facilités du genre et d’une certaine forme de paresse qui fait écho à celle de son héros car on ressent une vraie honnêteté. Malgré son statut de production M6/SND surfant sur le succès du petit protégé de la chaîne, Fiston a cette croyance naïve et sincère dans ses personnages et leur vision adolescente de l’amour. Plus important que tout. Qui justifie toutes les folies. Pour une comédie à sa manière ultra fleur bleue, surement consensuelle mais qui ne se moque pas de son public clairement identifié, les ados. En s’offrant le luxe d’être à la fois bien plus drôle et plus rythmée que Les profs qui patinait malgré l’incroyable performance de Clavier. C’est toujours ça de pris.

Fiston, une comédie de Pascal Bourdiaux avec Franc Dubosc, Kev Adams et Valérie Benguigui, durée 1h28, sortie le 12/03/2014

Visuels et bande-annonce officiels du film.
Réussir son Printemps du Cinéma 2014 : notre sélection des films à voir
La revue de web de la semaine
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *