A l'affiche

[Critique] du film « Les têtes de l’emploi » comédie brouillonne et contradictoire

[Critique] du film « Les têtes de l’emploi » comédie brouillonne et contradictoire

20 novembre 2016 | PAR Gilles Herail

Alexandre Charlot et Franck Magnier signent une comédie brouillonne et surtout contradictoire, qui semble hésiter entre parodie populiste et chronique sociétale du chômage. Les têtes de l’emploi surnage grâce à quelques sketchs hilarants et à son casting solide (Franck Dubosc, Elsa Zylberstein et François-Xavier Demaison). Mais les teasers prometteurs laissaient espérer un divertissement de bien meilleure qualité.  Notre critique. 

[rating=1]

Extrait du synopsis officiel : Stéphane, Cathy et Thierry sont les meilleurs employés de l’Agence pour l’Emploi de leur ville. Mais leurs résultats sont tellement bons que l’agence va devoir fermer faute de chômeurs ! Les trois collègues ont alors la folle idée de créer du chômage pour sauver leur poste.

Alexandre Charlot et Franck Magnier (Boule et Bill et Imogène) ont décidé de s’attaquer à la question du chômage dans leur nouveau film qui investit le décor de Pôle Emploi. Les excellents teasers laissaient espérer une comédie corrosive jubilatoire, qui se concrétise à l’écran lors des 10/15 premières minutes. Le montage parallèle présentant les trois personnages principaux (incarnés par Franck Dubosc, Elsa Zylberstein et François-Xavier Demaison) sur leur lieu de travail donnent des séquences drôles et rythmées. Voire quelques moments assez cultes, d’insultes par téléphone, de maladresses et de gaffes, et d’usage préventif d’extincteur sur de potentiels candidats à l’immolation. L’humour est noir, un peu cynique, mais franchement efficace (Dubosc et Zylberstein sont impériaux).

Tout se gâte malheureusement assez vite et le reste du film passe son temps à se chercher. Hésitant entre la comédie sociale à l’anglaise et la parodie populiste grossière. Le scénario nous ressert les éternelles poncifs sur les agents Pôle Emploi incapables de taper à l’ordinateur ou les familles d’assistés qui picolent en regardant la télé. Confond politiquement incorrect et bêtise (racisme, handicap, etc.), tout en cherchant à se rattraper par la suite (les inadaptés font finalement de bons employés). Les têtes de l’emploi ne croit pas en son pitch et veut à tout prix complexifier sa narration (les vies personnelles des personnages principaux, les trop nombreux plans foireux pour éviter la fermeture de l’agence, l’histoire d’amitié). Au détriment du rythme et surtout des rires, qui se font de plus en plus rares. Il y avait un vrai potentiel de comédie, malheureusement tué dans l’œuf par la faiblesse générale de l’écriture. Une déception.

Gilles Hérail

Les têtes de l’emploi, une comédie française d’Alexandre Charlot et Franck Magnier avec Franck Dubosc, Elsa Zylberstein et François-Xavier Demaison, durée 1h30, sortie le 16/11/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film
[Live-report] L’Orchestre National du Capitole de Toulouse dans Dufourt, Beethoven et Brahms à la Philharmonie
[Live Report] Ermione à l’Opéra de Lyon : merveilleuse guerre d’étoiles
Gilles Herail

3 thoughts on “[Critique] du film « Les têtes de l’emploi » comédie brouillonne et contradictoire”

Commentaire(s)

  • Dommage, l idee est vraiment bonne mais les dialogues sont tellement lourds qu on en oublie le tres bon trio d’acteurs. Deconcertant!

    novembre 22, 2016 at 23 h 33 min
  • NUNZY

    Une honte pour la filmographie française !!!!!

    décembre 4, 2016 at 20 h 49 min
  • Mat

    Vous n’avez cas réaliser un film et vous verrez les critiques. Avant de critiquer faites en de-meme

    janvier 27, 2017 at 22 h 55 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *