A l'affiche

[Critique] du film « Le petit locataire » Karin Viard, tardivement en cloque

[Critique] du film « Le petit locataire » Karin Viard, tardivement en cloque

19 novembre 2016 | PAR Gilles Herail

Le petit locataire est un premier film prometteur, qui joue la carte du décalage et de la tendresse. Nadège Loiseau peut s’appuyer sur le talent de Karin Viard qui incarne avec beaucoup de naturel et d’énergie son personnage de quasi quinqua retombant enceinte (contre son gré). Même si la comédie n’assume pas toujours sa singularité et ronronne un peu trop tranquillement pour pleinement nous emballer. Notre critique. 

[rating=2]

Extrait du synopsis officiel : Le test est positif ! Nicole, 49 ans, est enceinte. Catastrophe ou bonne nouvelle ? Toute la famille est sens dessus dessous.

Nadège Loiseau signe un premier film prometteur, adapté de son court-métrage éponyme. Le petit locataire n’est pas vraiment une comédie de grossesse et interroge surtout le rapport à la parentalité d’une famille parfois dysfonctionnelle, mais toujours aimante. Le scénario dessine deux beaux portraits de femmes et de leur rapport à la maternité. La mère d’abord, quinqua au bord de la crise de nerfs qui doit faire face à cette grossesse inattendue alors qu’elle pensait être ménopausée. Une héroïne populaire au fort caractère, incarnée avec enthousiasme par Karin Viard qui apporte l’énergie et le charisme nécessaires. La grand-mère ensuite, interprétée par une Hélène Vincent (vieillie pour l’occasion) aussi malicieuse que touchante, faisant face à une perte d’autonomie qui devient de plus en plus problématique.

Ces deux beaux personnages tiennent le film, autant dans la comédie que le drame, trouvant le bon équilibre entre décalage comique et sensibilité. On regrette alors que le script soigne un peu moins ses seconds rôles, pas assez fouillés. Le père de famille (Philippe Rebbot) peu investi dans les tâches ménagères, au grand coeur mais peinant à prendre ses responsabilités autant au boulot qu’à la maison. La fille, un peu trop outrancière, qui n’assume pas encore son rôle de mère alors qu’elle est également tombée enceinte très jeune. Le fils prodigue, sous-marinier qui observe tout ce petit monde de loin après avoir décidé de s’éloigner du cocon familial. Le petit locataire laisse entrevoir les prémices d’un univers poétique et décalé, plein de gouaille et de tendresse. Mais on reste sur notre faim car Nadège Loiseau a parfois du mal à dépasser des enjeux de départ sympathiques mais un peu limités.

Gilles Hérail

Le petit locataire, une comédie française de Nadège Loiseau avec Karin Viard, Philippe Rebbot et Hélène Vincent,  durée 1h39, sortie le 16/11/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film
GOD SAVE SEX PISTOLS, Rizzoli New York et SEX PISTOLS Live ‘76
Interview avec Clémentine Poidatz, l’héroïne française de la série « Mars » sur National Geographic
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *