A l'affiche
[Critique] « Diversion » Will Smith revient dans une comédie d’arnaque formatée pleine de savoir-faire

[Critique] « Diversion » Will Smith revient dans une comédie d’arnaque formatée pleine de savoir-faire

28 mars 2015 | PAR Gilles Herail

Échec public et critique aux États-Unis, Diversion (Focus en version originale) est un film bien mené, sans aucune originalité, maladroit quand il cherche la romance, mais démontrant un réel savoir-faire scénaristique. On est content de retrouver Will Smith qui reste un des acteurs les plus nonchalamment cools du moment et cela vaut bien deux étoiles!

[rating=2]

Synopsis officiel: La relation entre un arnaqueur professionnel et une apprentie criminelle vient perturber les affaires de chacun, quand ils se recroisent quelques années après leur première rencontre.

Will Smith s’était fait rare sur les écrans depuis plusieurs années. Aucun film depuis le pas si désagréable After Earth qui n’avait pas connu le succès escompté. Une longue pause de 3 ans précédant un retour discret avec cette « petite » production, au budget maîtrisé, loin des blockbusters auxquels il nous avait habitués. La cible est différente et l’acteur de La série Men In Black a voulu s’offrir une comédie adulte soignée, sur le modèle des films d’arnaque. Les références sont affichées et les producteurs avaient clairement en tête un produit clinquant, cool et élégant à la Ocean’s 11. Will Smith ne se met pas en danger avec un rôle écrit sur mesure où il peut dérouler un numéro de charme drôle et élégant comme il les affectionne. Diversion peut surtout compter sur son scénario très travaillé qui ressemble, dans l’esprit, à l’excellent Insaisissables de Louis Leterrier.

On retrouve ce sens de l’illusion, cette délectation du trompe l’œil, ce plaisir de la fausse piste. Avec un script ludique, plein d’humour, qui cherche la surprise en permanence. Diversion est un pur produit hollywoodien, formaté, répondant à un cahier des charges précis et qui réussit plutôt bien son coup avec ses multiples jeux de mensonges imbriqués. Le film pêche malheureusement par son aspect romance qui casse le rythme et tombe comme un cheveu sur la soupe. Margot Robbie voit son personnage réduit au minimum syndical et son couple avec Will Smith ne produit aucune étincelle. Dérivant lentement vers la comédie romantique, Diversion perd sa malice et l’univers devient trop clinquant. On préférera donc mille fois Insaisissables sans toutefois pouvoir s’empêcher d’admirer une certaine forme de savoir-faire. Une science de l’efficacité indéniable, qui manque d’ambition, mais délivre un produit de divertissement pas désagréable.

Gilles Hérail

Un film de Glenn Ficarra avec Will Smith et Margot Robbie, durée 1H45, sortie le 25 mars 2015

Visuels et bande-annonce officiels.
Box Office France : 1.2 million d’entrées pour Divergente 2 leader du top 10 devant Un Homme Idéal
[Critique] « Voyage en Chine» Yolande Moreau dans un film serein sur la renaissance d’une mère endeuillée
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *