A l'affiche
[Critique] « Au coeur de l’océan » : fade relecture de Moby Dick avec Chris Hemsworth

[Critique] « Au coeur de l’océan » : fade relecture de Moby Dick avec Chris Hemsworth

13 décembre 2015 | PAR Gilles Herail

Le dernier film de Ron Howard (In the heart of the sea) est bien parti pour devenir l’un des plus gros flops de l’année au box-office américain. On peut louer la volonté du metteur en scène d’Apollo 13 et de Rush de proposer un grand spectacle à l’ancienne, sans explosions ni super-héros. Mais les quelques séquences virtuoses ne font pas oublier une narration maladroite et une dramatisation hésitante. 

[rating=2]

Extrait du synopsis officiel : Hiver 1820. Le baleinier Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l’embarcation.

Ron Howard est un pilier du cinéma Hollywoodien, malgré une filmographie très inégale, alternant le meilleur (Frost/Nixon,Apollo 13) et le pire  (Da Vinci Code et Anges et démons). The Rush nous avait réconcilié avec le cinéaste qui mettait en scène un duel passionnant entre deux pilotes d’exceptions, filmant de manière ingénieuse et novatrice les courses automobiles. Au cœur de l’océan promettait un flm d’aventures et de grand spectacle à l’ancienne, autour de la figure mythique de Moby Dick. Mais Ron Howard n’a pu s’empêcher de dramatiser maladroitement les enjeux pour humaniser son propos. Lutte des classes pour les nuls, conflits d’orgueil et démons intérieurs alcoolisés viennent ainsi parasiter le récit qui cherche la tragédie grecque sans en avoir les moyens.

Ron Howard a du mal à se dépatouiller d’un script maladroit qui impose sa morale initiatique et rame dans sa mise en abyme. Avec de longues séquences peu utiles entre l’écrivain Herman Melville et un survivant de l’Essex qui lui raconte l’histoire du cachalot tueur. Les lourdeurs malvenues empêchent l’immersion dans un grand spectacle qui tient lui ses promesses. Quand la caméra quitte la terre ferme pour filmer le fier bateau au milieu de l’océan, affrontant une tempête apocalyptique. Avant de rencontrer sa créature, monstre des mers à l’œil vengeur qui va défier les arrogants baleiniers et leur rappeler que mère Nature sait parfois se défendre. Ron Howard propose des plans magnifiques, notamment dans une mémorable séquence de naufrage sur fond de mer enflammée. Dommage que le scénario qui déroule sans intensité une histoire de survie à la Robinson Crusoé ne soit pas au niveau du plaisir visuel ressenti dans ces quelques moments de bravoure.

Gilles Hérail

Au coeur de l’océan, un film marin de Ron Howard avec Chris Hemsworth, durée 2h00, sortie le 9 décembre 2015

Visuels : © photos officielles et affiches officielles des films
Edwart Vignot et Fang Yen Wen à la galerie Zlotowski à Paris
[Festival d’Automne] « L’Orestie » : dans la genèse de Castellucci
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *