A l'affiche

« Un couteau dans le cœur », liberté et parenthèse enchantée par Yann Gonzalez – Cannes 2018, Compétition

« Un couteau dans le cœur », liberté et parenthèse enchantée par Yann Gonzalez – Cannes 2018, Compétition

18 mai 2018 | PAR Yaël Hirsch

Ajouté une semaine après l’annonce de la sélection officielle, le nouveau film du réalisateur des Rencontres d’après minuit (2013), Yann Gonzalez plonge la croisette dans les coulisses de l’industrie porno et gay des années 1970. Avec Vanessa Paradis.
[rating=3]

Paris, été 1979. L’heure est à l’amour libre. Cuissardes rouges en daim et manteau en vinyle noir, Anne (Vanessa Paradis) est metteuse en scène et productrice de pornos gays un peu cheap, secondée par le diligent « Archi » (Nicolas Maury). Mais Anne est aussi en chagrin d’amour. Elle boit trop et sa compagne de dix ans, la monteuse de ses films, la belle Loïs (Kare Moran) l’a quittée. Elle attend, s’accroche au téléphone et espère. La mort terrible d’un de ses acteurs, assassiné dans une backroom lui inspire une intrigue un peu plus chiadée avec laquelle elle espère reconquérir Loïs.  Mais ses acteurs commencent à tomber comme des mouches, la police est inefficace et au fur et à mesure que son film « L’assassin Homo » prend de l’ampleur, Anne mène l’enquête sur ces meurtres préoccupants…

Image rougeoyante, décors et costumes irrésistibles, Le couteau dans le cœur ne décevra pas les fans des Rencontres d’après minuit pour ce qui est du climat. Le jeu et les dialogues semblent tous sortis d’un film porno gay des années 1970 et que la réalisatrice soir une femme n’y change rien : elle filme de beaux garçons. Malgré ces atours et cette originalité conservée, derrière les fards si bleus des yeux de Vanessa Paradis, l’intrigue patine un peu. On a du mal à entrer en empathie avec cette héroïne éthérée. Le parti pris du cérébral est intéressant, c’est une formule qui marche. Mais il est peut-être trop poussé : sans cœur et sans émotion le « couteau » nous effleure de son esthétique et nous réjouit de ses références mais sans nous emmener vers les chemins du plaisir …

Un Couteau dans le cœur, de Yann Gonzalez, avec Vanessa Paradis, France, 1h50, Memento Films, en compétition sortie le 27 juin 2018.
visuel : affiche et photos officielles (c) Memento Films/  ©-ELLA-HERME

Retrouvez tous nos articles sur le Festival de Cannes 2018, ici.

Hypnotique « 4.48 Psychose » de Sarah Kane au Théâtre Studio d’Alfortville
Cannes 2018, compétition : « Burning », brûlant trio par le Sud-Coréen Lee Chang-dong
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *