A l'affiche

[Compétition] Winter sleep : Nuri Bilge Ceylan amène l’Anatolie à Cannes

[Compétition] Winter sleep : Nuri Bilge Ceylan amène l’Anatolie à Cannes

24 mai 2014 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur de Uzak (2008) et de Il était une fois en Anatolie (2011) a encore une fois envoûté la Croisette par ses paysages anatoliens et ses remarques profondes sur la nature humaine avec Winter Sleep. En lice pour la Palme!

[rating=4]

Le comédien retraité Aydin (Haluk Bilginer), tient l’hôtel Otello avec sa femme, Nihal, et sa sœur, Necla, qui est revenue au bercail après un divorce. En Anatolie, c’est l’hiver, et seul un ou deux clients japonais viennent animer les journées des trois personnages qui sont chacun retranchés en eux-mêmes, dans leurs rancœurs et dans leurs échecs. Alors que Aydin est un intellectuel et écrit des articles de philosophie dans une feuille de chou locale, il a dû renoncer à sa carrière d’acteur et n’arrive pas à écrire son grand projet : un ouvrage de référence sur le théâtre turc. Sa femme s’est éloignée de lui et sa sœur est triste et  il ne se sent pas considéré. Lorsque le fils d’une voisin plus modeste brise une vitre, cela apporte un peu d’action et renforce une certaine cohésion sociale entre les trois habitants de ce caverneux hôtel… Mais la saison d’hiver et la remontée des ressentiments l’emportent…

Couleurs mordorées, scènes bien souvent intérieures, et grands dialogues, ce Sommeil d’hiver chatoyant de lumière et de nostalgie se situe quelque part entre l’Oncle Vania de Tchékhov et le Guépard de Visconti. Nuri Bilge Ceylan expose les tréfonds de trois personnages élégants, charismatiques, mais trop pleins de rancœur pour être sympathiques. Usant de longs plans séquences, Nuri Bilge Ceylan met au cœur de son film des grands discours d’Aydin sur la philosophie, la religion et l’existence, faisant de lui le symbole d’une Turquie intellectuelle et laïque dépassée par la saison. Un film long (3h16) et qui a ravi public et presse au point d’être un sérieux candidat pour la palme.

Winter sleep, de Nuri Bilge Ceylan avec Haluk Bilginer, Demet Akbag, Melisa Sözen, Ayberk Pekcan, Serhat Kilic, 2014, Turquie, France, Allemagne, 3h16, Memento Films, en compétition.
Visuel : Photo officielle du film (c) Nuri Bilge Ceylan

Cannes, dernier jour : La beauté terrible du Leviathan, le soleil de la Croisette et les Alpes théâtrales d’Assayas
Genz Gys Khan au pays du vent de Yann Dégruel
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Compétition] Winter sleep : Nuri Bilge Ceylan amène l’Anatolie à Cannes”

Commentaire(s)

  • Roch

    Vive le festival de Cannes (France)

    mai 26, 2014 at 22 h 11 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *