Cinema

Cannes, dernier jour : La beauté terrible du Leviathan, le soleil de la Croisette et les Alpes théâtrales d’Assayas

Cannes, dernier jour : La beauté terrible du Leviathan, le soleil de la Croisette et les Alpes théâtrales d’Assayas

24 mai 2014 | PAR Yaël Hirsch

Dernière journée de brûlante activité sur la Croisette, alors que Semaine de la critique a déjà rendu son verdict, que la quinzaine s’est prononcée aujourd’hui et que la cérémonie de clôture a été avancée au samedi pour laisser de la place aux élections européennes. Les effectifs de TLC sont restés groupés pour déguster deux films de la compétition.

Pour commencer la journée, Olivier Assayas nous avait concocté un casting sexy avec notamment le duo Juliette Binoche / Kirsten Stewart, qui donnait envie d’ouvrir grand les yeux dès 8 heures du matin. Malheureusement, son intrigue psychologico-théâtrale sur fond de montagne suisse-alémanique nous a paru un peu carton-pâte.

Pour des sensations fortes, descendez quelques stations après Sils Maria. Mais vous pouvez aussi cliquer pour lire notre critique.

Ayant raté la seule soirée de projections presse de Leviathan d’Andreï Zviaguintsev, film russe en compétition et film incontournable, nous nous sommes glissés à une projection qui était réservée aux spectateurs munis d’invitations. Pour ce faire, nous nous sommes prêtés au jeu n°1 de la Croisette : brandir un petit panneau pour demander si certains festivaliers n’auraient pas un précieux pass en plus pour nous… Et ça a marché. Nous avons donc pu voir les majestueuses et terribles 2h20 de Leviathan. L’histoire tragique et silencieuse de la destruction d’une famille qui essaie de faire valoir son droit contre les potentats d’une petite ville de province et qui se retrouve inexorablement brisée par le monstre froid qu’est la politique russe.

Pour lire notre critique de Leviathan, cliquez.

Bouleversés par le film et épuisés des deux heures de sommeil de la nuit qui précédait, nous avons pris une grave décision : faire l’impasse sur le film d’Asia Argento, L’incomprise (que nous rattraperons aussi vite que possible, juré!) pour faire ce qu’en dix jours nous n’avons jamais fait : enfiler un maillot de bain et aller prendre un peu de soleil sur une plage. Et bien figurez-vous qu’on voit Cannes d’un tout autre œil quand on sort de devant les écrans.

La soirée s’est déroulée au son de notre playlist extraite des meilleurs moments musicaux des films vus à Cannes (cliquez pour écouter) à faire nos pronostics et à rédiger nos chroniques en retard. A peine le temps d’annoncer le palmarès de la Quinzaine, et pour l’un d’entre nous d’aller faire sa fête de clôture que nous avons réalisée, en marchant de nuit dans les rues de Cannes, que le festival était bel et bien en train de s’éteindre. La fête est finie? Encore la cérémonie de clôture… Et hâte d’être déjà à Cannes 2015.

Photos : Yaël Hirsch

[Live-report] Kellylee Evans à l’Institut Océanographique le 23 mai
[Compétition] Winter sleep : Nuri Bilge Ceylan amène l’Anatolie à Cannes
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *