A l'affiche
« Un beau soleil intérieur », drame amoureux qui piétine trop vite [Cannes 2017, Quinzaine]

« Un beau soleil intérieur », drame amoureux qui piétine trop vite [Cannes 2017, Quinzaine]

19 mai 2017 | PAR Hugo Saadi

Avec Un beau soleil intérieur (ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs), Claire Denis se balade dans les sinueuses routes de l’amour d’Isabelle, femme divorcée en quête du véritable amour. Juliette Binoche parvient à garder en appétit le spectateur, qui se retrouve trop rapidement face à une succession de saynètes romanesques.

[rating=3]

La scène d’ouverture du film rentre dans le vif du sujet : on y voit le corps nu de Juliette Binoche en plein acte sexuel avec l’un de ses amants à qui elle claquera la porte au nez plus loin dans le film. Isabelle, son personnage, est complètement perdue sur la route sentimentale et ne parvient pas à trouver le bon copilote pour faire un bon bout de chemin. Enchaînant les rencontres, Isabelle ne sait plus sur quel pied danser et se retrouve très vite figée face à ses amants, ne réussissant pas à tenir une discussion avec certains ou à prendre du plaisir avec d’autres.

Claire Denis sublime Juliette Binoche dans un rôle surprenant et audacieux. Si, très rapidement, les rencontres se ressemblent et que le film piétine, la performance de l’actrice permet de s’en dégager et de livrer des histoires où la touche comique des dialogues domine (Christine Angot en est à l’origine). Côté réalisation, Denis se permet quelques plans-séquences, mais surtout évite dans sa plus grande partie de faire appel au champ/contre-champ. Les dialogues sont renforcés par cette absence qui ne découpe pas les scènes et laisse au spectateur le bonheur de suivre une discussion avec un seul cadrage d’acteur (on évite alors le match de tennis des répliques). Cependant, le comique de répétition s’essouffle et la greffe ne prend plus dans le dernier quart du film qui finalement ne va pas au bout des choses. Heureusement, Un beau soleil intérieur se clôture sur une scène surréaliste avec Gérard Depardieu qui vaut à elle seule le visionnage.

Un beau soleil intérieur, un film de Claire Denis, avec Juliette Binoche, Xavier Beauvois, Philippe Katerine. 1h34. Sortie au cinéma le 27 septembre 2017.

visuels © Ad Vitam

« A Ciambra », une poignante immersion dans une famille de Roms [Cannes 2017, Quinzaine]
Le 18 mai Anne Ducros invite nos fantômes chéris dans le bel amphi d’Assas [Festival Jazz à Saint-Germain]
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *