A l'affiche
« Alive in France », l'(ennuyeuse) tournée musicale de Ferrara [Cannes 2017, Quinzaine]

« Alive in France », l'(ennuyeuse) tournée musicale de Ferrara [Cannes 2017, Quinzaine]

20 mai 2017 | PAR Hugo Saadi

Après le sulfureux Welcome to New York et le biopic Pasolini, Abel Ferrara revient avec Alive in France un documentaire nombriliste sur sa tournée musicale en France.

[rating=2]

Les films de gangsters de Ferrara sont bien loin de la vision de Alive in France. Bien qu’il ait raccroché le genre depuis longtemps, son nouveau film, qui se focalise sur sa tournée de concerts à Toulouse et à Paris, parvient difficilement à séduire et intéresser le public (sauf pour les plus grands fans du monsieur). Mis à part quelques intrusions intimes qui poussent le spectateur dans les coulisses des concerts, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Le documentaire ressemble davantage à une captation de concerts, où il reprend des morceaux de bande originale.

On se satisfera tout de même des discussions données lors d’interviews ou de masterclass, des coups de gueule en répétition et des moments partagés avec ses fervents admirateurs. Mais cela reste bien creux et Alive in France se repose trop sur Ferrara, qui joue son personnage à fond, souvent dans la provoque et la vulgarité. 1H19 qui passent sans ennui, mais sans véritable intérêt aussi.

Alive in France, un film de et avec Abel Ferrara, Dounia Sichov. 1h19. Prochainement au cinéma.

Visuels © DR

Cannes : Robin Campillo fait monter le pouls de la compétition officielle avec 120 battements par minute, un portrait de Act Up
« The Rider » ou la passion du rodéo dans l’Amérique profonde [Cannes 2017, Quinzaine]
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *