A l'affiche

« Astérix et le secret de la potion magique », un film d’animation plein de peps et carrément déjanté

« Astérix et le secret de la potion magique », un film d’animation plein de peps et carrément déjanté

05 décembre 2018 | PAR Magali Sautreuil

Panique chez nos irréductibles Gaulois ! Panoramix s’est mis en tête de trouver un successeur digne de confiance, afin de lui transmettre le secret de la potion magique !!! Une idée insensée pour certains et une aubaine pour d’autres… Dans tous les cas, une telle quête, vous vous en doutez bien, ne sera pas de tout repos…

Aux manettes de ce nouvel épisode d’Astérix, on retrouve le tandem formé par Louis Clichy et Alexandre Astier. Quatre ans après Astérix et le domaine des dieux, les voilà revenus, non pas avec une adaptation d’un des albums d’Uderzo et Goscinny, mais avec une œuvre originale ! Un sacré défi que les deux réalisateurs ont su relever sans trahir l’univers de la bande dessinée !

L’histoire est certes simple, mais efficace. On sent à la fois la patte d’Uderzo et Goscinny, ainsi que celle de Louis Clichy et Alexandre Astier. Les deux compères ont su insuffler une pointe de modernité chez nos irréductibles Gaulois, avec un humour totalement décalé et quelques clins d’œil bien sentis à Kaamelott, aux Transformers, aux Comics...

L’histoire est très rythmée. Le ton est donné dès le départ avec le générique, un extrait d’un tube des années 1980, You Spin Me Round (Dead Or Alive) du groupe New Wave, sur lequel les différentes actions des protagonistes se synchronisent. C’est assez inattendu et amusant ! Grâce à cette mise en scène sur une musique très cadencée, dès les premières minutes, le film rend assez bien compte de la routine de nos chers Gaulois : potion magique, Romains, pirates, sangliers, festins…

L’impression de départ se confirme tout au long du film : les situations s’enchaînent à une vitesse folle, au point de se demander si nos chers Gaulois ne nous ont pas concocté une potion de vitesse ! Du coup, à peine a-t-on le temps de profiter du film qu’il est déjà terminé !!! Il est vrai que l’on ne s’ennuie pas une minute, même si certains gags sont assez répétitifs (Ordralfabétix envisage de se reconvertir, c’est vous dire…). On aurait cependant aimé découvrir davantage la Gaule. En effet, comme dans Le tour de Gaule d’Astérix, ce nouvel épisode de la saga emmène Panoramix, Astérix, Obélix, Idéfix et… tous les hommes du village gaulois (un cortège discret en somme !!!) sur les routes de Gaule, à la recherche d’un successeur pour leur druide. Malheureusement, on ne fait qu’entrapercevoir les aspirants druides ! Pour une fois qu’on voyageait en Gaule et que l’on découvrait d’autres villages, il a fallu que ce soit pour un casting, où les candidats défilent à toute allure ! Toutefois, à la décharge des réalisateurs, il est vrai que le nombre de postulants est astronomique, les collègues de Panoramix ayant eu un léger problème avec le classement des bons et mauvais éléments… De vrais boulets… Toujours est-il que cela fait du bien de découvrir le monde gaulois en-dehors du village de nos amis.

Ce qui est également plaisant est que l’histoire ne soit pas centrée sur les personnages habituels. En effet, le héros de cette nouvelle aventure d’Astérix est Panoramix, notre cher druide. Comme dans Le coup du menhir et Le combat des chefs, c’est lui l’élément déclencheur de l’histoire. Le film nous permet ainsi d’en apprendre davantage sur la jeunesse de Panoramix, la manière dont il est devenu druide et surtout sur sa très convoitée potion magique, ainsi que… sur sa rivalité avec un certain Sulfurix, une rivalité qui a mené ce dernier à sa perte…

Autant vous dire que la rancœur de Sulfurix envers Panoramix est grande ! Depuis moult années, il nourrit de noirs desseins envers son rival, sans avoir l’opportunité de l’attaquer. Mais en chutant de son arbre, Panoramix est également tombé de son piédestal. Il est donc temps pour Sulfurix de passer à l’action. Pour une fois, ce ne sont pas les Romains que nos irréductibles Gaulois doivent craindre, mais bien un des leurs et, qui plus est, un druide ! Sulfurix est un véritable méchant, comme il y en a peu dans Astérix. Intelligent et pragmatique, il est réellement dangereux. Ses pouvoirs de druide ne sont en rien comparable aux sorts inoffensifs des autres vieux débris de la forêt des Carnutes : ils ont quelque chose à la fois d’hypnotique et d’explosif ! Qui plus est, Sulfurix n’a plus rien à perdre et est prêt à tout pour se venger.

Enfin, on ne sait pas très bien ce que veut en réalité ce dernier. Ses motivations ne sont pas claires : Est-ce qu’il souhaite être reconnu par ses pairs et par Panoramix ?  A-t-il envie de succéder à ce dernier ? Désire-t-il se venger ? Aspire-t-il à une meilleure vie ? Peut-être voudrait-il tout cela à la fois ? Après tout, ce n’est qu’un homme et l’être humain a souvent des désirs contradictoires… Le nouveau méchant créé par Louis Clichy et Alexandre Astier a donc quelque chose de profondément humain. Voilà un nouveau personnage à la hauteur d’Uderzo et Goscinny, certainement inspiré de Prolix ! Ceux qui ont lu Le devin, de penser à ce charlatan, tant la gestuelle, le comportement et le style vestimentaire de Sulfurix lui ressemblent.

Le film introduit également un autre protagoniste, très réussi, mais qui a du mal à trouver sa place : Pectine, une petite fille intelligente, plutôt douée pour les inventions. Originaire du village des irréductibles Gaulois, elle pourrait parfaitement succéder à Panoramix, si la profession de druide n’était pas réservée uniquement aux hommes…  Ah ! Ces druides ! Pourtant, les femmes sont aussi capables que les hommes. Pictine en est la preuve et les femmes de nos irréductibles Gaulois aussi. Elles ont quand même réussi à protéger le village des multiples assauts du sempiternel envahisseur romain, en l’absence de leur mari !

L’égalité des sexes est un des thèmes principaux abordés par le film, avec celui de la transmission. Astérix et le secret de la potion magique soulève également d’autres questions comme celui de la jalousie, de l’égalité des chances, des alliances de circonstance… mais le film file trop vite pour s’attarder réellement sur ces problèmes.

Malgré ces quelques nuances, il est indéniable que ce nouvel opus de la saga est extrêmement bien réalisé. Dans la salle, tout le monde riait ou souriait, les plus petits comme les plus grands, totalement happés par le film.

Saluons également l’animation 3D renversante du film : les mouvements sont d’une grande fluidité. Les couleurs vives et contrastées renforcent l’aspect cartoon / bande dessinée, tandis que la réalisation en images de synthèse confère au film un côté plus réaliste. Une prouesse technique et artistique assez impressionnante !

Si l’histoire d’Astérix et le secret de la potion magique n’est guère originale, elle est diablement efficace. Une écriture au cordeau sur une bande originale entraînante signée Philippe Rombi, combinée à une animation de qualité, tels sont les ingrédients du film.

Astérix et le secret de la potion magique, film d’animation réalisé par Louis Clichy et Alexandre Astier.

Sortie dans les salles de cinéma en France : Mercredi 5 décembre 2018. Durée : 1 heure 25 minutes. Public à partir de 3 ans.

Ensemble national d’Ukraine Virsky à Paris !
« Borderline(s) investigation #1 – les limites » : Frederic Ferrer expose le pire et c’est scientifiquement drôle
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *