Cinema

7e panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen Orient : ouverture parisienne au Cinéma des Cinéastes, ce soir

03 mai 2012 | PAR Yaël Hirsch

C’est par la projection du film lauréat de Prix du Festival de Dubaï 2011, « Habibi », que commence cette 7é édition des Cinémas du Maghreb élargie au Moyen-Orient. Programme de ce soir et petite sélection dans le programme du Festival qui se finit le 13 mai. Avec en première partie le fascinant « Sabeel » de Khalid Al Mahmood

Ce soir au Cinéma des Cinéastes, 7, av. de Clichy, Paris 17e, m° Place de Clichy:
19h45 : Séance Festival International du Film de DubaPi. Projection du film Habibi de Susan Youssef. Précédé du court métrage Sabeel de Khalid Al Mahmood.
21h30 : Table Ronde: « Les mécanismes de soutien aux cinématographies du Maghreb et du Moyen-Orient: scénario, production, exposition et circulation.
Intermèdes musicaux : Meriam Azizi, chanteuse et luthiste.

Pour en savoir plus sur Habibi, lisez notre critique.
Mettant en scène deux frères prenant soin de leur grand-mère âgée et malade sur un bord de route montagneux des Émirats Arabes Unis, le film quasi muet « Sabeel », aux couleurs lustrées par le sable du désert exerce une fascination quasi-orientaliste. Mais sa beauté tient dans des gestes simples, des clichés retournés. Il y a un peu de la grâce du Pasolini d’Oedipe-Roi dans ce joli court-métrage.

A ne pas rater:
Roméo Onze d’Ivan Grbovic (Canada, 2011, 1h30) : le portrait d’un jeune homme qui tente de s’émanciper du mensonge.

Les femmes du bus 678 de Mohamed Diab (Egypte, 2011, 1h38). Film d’ouverture à L’Écran de St Denis, une ode féministe très attendue. Notre critique, ici.

– « Frag­ments » le documentaire biographique puzzle d’Hakim Belabbes (Maroc, 2010, 1h27). Pre­mier Prix au Fes­ti­val natio­nal du film de Tan­ger en 2010.

– Et vous pourrez revoir l’excellent El Gusto de Safinez Bousbia( France/ Algérie, 2011, 1h33). Voir notre critique et notre interview de la réalisatrice. Ainsi que « Avoir vingt ans dans les Aurès » de René Vautier (France, 1972, 1h27). Lire notre critique.

Et tout le programme, ici. Ou sur le site du festival.

Anri Sala en sons et images au Centre Georges Pompidou
Blur vs Oasis, la guerre est finie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *