Cinema

62ème Berlinale, jour 8 : Du cœur de l’Afrique en guerre au sourire de Robert Pattinson en Bel ami

62ème Berlinale, jour 8 : Du cœur de l’Afrique en guerre au sourire de Robert Pattinson en Bel ami

17 février 2012 | PAR Yaël Hirsch

 

Kim Nguyen Berlinale 17.02.2012

Journée reprise de souffle aujourd’hui avec « seulement » deux films et deux conférences de presse. Les deux œuvres étaient dans la sélection officielle. A 9h, le film de Kim Nguyen, « Rebelle » (« War witch ») était la révélation de dernière minute. Ce portrait terrible et sublime d’une enfant-soldat en Afrique sub-saharienne a bouleversé le public.

A la conférence de presse la ravissante comédienne Rachel Mwanza s’est

Rachel Mwanza conference presse de Rebelle,Berlin 17.02.2012

montré joliment timide, tandis-que le charismatique Kim Nguyen parlait de son film avec une passion et un enthousiasme totalement communicatifs. Pour voir notre critique de cet excellent film, c’est ici.

Robert Pattinson et Christina Ricci,conference depresse,Berlin 17,02,2012

Le temps d’écrire quelques mails, poster la critique du premier film et de discuter avec des collègues pour affiner nos pronostics, et nous étions conviés à la projection d’un film en sélection officielle et hors compétition. Adapté du roman de Maupassant, « Bel Ami » n’a à priori rien de « Berlnois » puisqu’il s’agit d’un film en costume avec un casting hollywoodien : Uma Thurman, Christina Ricci, Kristin Scott Thomas et l’égérie de Twilight, Robert Pattinson (nous rassurons, dans le film, il couche bien avec les 3 actrices).

Mais voilà, il s’agit du premier long métrage des metteurs en scène de théâtre Declan Donnellan et Nick Ormerod. C’est aussi un film bien vu, extrêmement juste sur la société française du 19ème siècle (même si, comme l’a fait remarquer un de nos collègues américains de nombreuses scènes sont tournées … à Budapest), aux dialogues fins et au rythme endiablé. Porté par la musique de Laksham Joseph de Saram et de Rachel Portman, le casting de rêve joue à merveille et l’on découvre un Robert Pattinson absolument parfait dans le rôle de Georges Duroy. Le jeune premier était bien présent à la conférence de presse, le cuir chevelu rasé de près. Il s’est dit fin prêt, grâce à Bel-Ami, à enchaîner désormais les films d’auteur. Christina Ricci était toute en franges et en robe décolletée bleue, prête à rire aux blagues des journalistes et du brillant réalisateur britannique, Declan Donnellan. Ce dernier a répondu avec à propos qu’adapter le roman de Maupassant maintenant était bien vu, puisque la cadre de Bel-Ami est l’invasion par la France d’un pays du Maghreb pour s’arroger ses ressources minières… Ce fut le seul sous-entendu sérieux de la conférence qui s’est étalée comme un high-tea, avec luxe et volupté. Critique du film ici.

Rendez-vous demain, avec le Palmarès ! En attendant, voici nos pronostics.

Le très charmant Robert Pattinson est Bel Ami
Cesare deve morire, un grand film des frères Taviani
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *