Cinema

21e édition du festival du film de sundance

21e édition du festival du film de sundance

09 janvier 2012 | PAR LLT

Du 19 au 29 janvier, Park City ( Utah) se transforme comme chaque année en capitale du film indépendant. 16 films et 16 documentaires américains sont en compétition ainsi que 14 œuvres et 12 documentaires étrangers.

Cette année, le festival du film indépendant le plus couru au monde accueille de nombreuses stars. De Bruce Willis à Sigourney Weaver en passant par Spike Lee. Hollywood s’invite au haut lieu de la contre culture américaine et internationale. Repris en 1991 par Robert Redford, le Sundance Film Festival est un réel tremplin pour les réalisateurs issus du milieu Underground. Pour ne citer qu’eux, Jim Jarmusch, Quentin Tarantino ou encore Joel Coen (les frères Coen) ont été révélés ici, dans l’Utah, au pied des montagnes.

Pour cette 21e édition, pas mal d’avants-premières, hors compétition, bien sûr. On retrouve Spike Lee ( le réalisateur d’Inside Man) avec Red Hook Summer. L’auteur américain nous emmène au cœur de Brooklyn où un adolescent d’Atlanta rencontre son grand-père pour la première fois. Le réalisateur espagnol Rodrigo Cortes nous offre un polar, Red lights et une distribution digne des films hollywoodiens: Robert De Niro ( Il était une fois l’Amérique, le Parrain) et Sigourney Weaver ( Annie Hall, Avatar) se partagent l’affiche. Stephen Frears, lui, propose une comédie sur une joueuse professionnelle à Las Vegas. Lay the Favorite est doté d’un casting de rêve avec Vince Vaughn, Rebecca Hall et Bruce Willis. Le film serait soit disant dans la lignée de Casino (1995) de Martin Scorcese…

Pour ce qui est de la compétition, dans la catégorie films étrangers, un réalisateur français est en lice. Et pas n’importe qui. Il s’agit de Quentin Dupieux. Il avait fait parler de lui au dernier festival de Cannes en 2010 avec son non moins loufoque Rubber ( tourné entièrement avec un appareil photo 5d mark II). Cette fois-ci, il revient avec Wrong. Aucun pitch mais un twit de la part du réalisateur: « mon film traite de folie et de beauté ». A noter la présence d’Eric Judor et William Fitchner ( un des héros de Prison Break).Dans la catégorie œuvre américaine, le film de Mark Webber The end of love avec Michael Cera risque de faire sensation. Il y raconte la reconstruction d’un jeune père qui vient de perdre la mère de son enfant.

Côté chiffres, cette année, le Sundance Film Festival, c’est 112 films, 29 pays représentés et 44 premiers réalisateurs dont 24 en compétition.Et si vous avez la chaîne Sundance (en exclusivité sur le câble), sachez qu’elle propose tous les soirs à partir du 20 janvier deux films de la sélection officielle.

 

 

Festival: Mo’ Fo’ fête ses 10 ans
L’amour dure 3 ans : une comédie clichée sans saveur
LLT

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *