Arts

Samouraï -Armure du guerrier

06 décembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

 

Pour la première fois en France, une grande exposition s’attache à la question du vêtement du samouraï grâce au prêt exceptionnel de splendides parures collectionnées par Gabriel Barbier-Mueller et sa femme Ann. Ces derniers ont d’ailleurs un musée à Dallas consacré à leur fameuse passion.

Les samouraïs sont une spécificité du Japon. Ce sont les soldats qui protégeaient l’Empire entre le XIIème et le XIXème siècle, leurs particularités essentielles étant d’être d’origine noble et de respecter un code d’honneur : le bushido (honnêteté, courage, bienveillance, droiture, sincérité, honneur et loyauté). Ils défendent le peuple et servent leur seigneur un peu à l’image des chevaliers au Moyen-âge en France, ils portent secours au peuple et font respecter la justice. Par conséquent, ils sont aimés et admirés de la population mais aussi craints des bandits. Leurs costumes contribuent à les rendre plus imposants et plus respectés encore. Nous sommes subjugués de découvrir ici leurs superbes armures dans un état de conservation presque parfait. Les deux armures de cavaliers montées sur des chevaux dans le hall d’entrée du musée sont particulièrement magnifiques, elles donnent l’impression qu’elles vont s’animer d’un instant à l’autre. Ces armures sont très certainement parmi les plus belles parures qu’aient revêtu de tous temps des guerriers : aussi magnifiques que solides et malléables, contrairement aux armures métalliques qui étaient monnaie courante en Occident au Moyen-âge. Des armures modernes pourrait-on dire. Il est aisé d’imaginer que les hommes qui revêtaient de tels attributs se sentaient tous autres, beaucoup plus puissants d’autant qu’ils étaient protégés par des divinités animales gravées sur leurs casques ou en ayant la forme avec des cornes. Leurs masques Somen, de véritables œuvres d’art souvent signées par les artistes qui les ont exécutées, dissimulent leurs traits, faisant leurs apparitions plus mystérieuses et inquiétantes. Nous  remarquons également leurS vêtements de dessous nommés hitatane et hakama qui sont somptueusement brodés, la taille de leurs flèches et de leurs carquois nous impressionnent aussi. Les samouraïs sont protégés par des ornements souvent issus de la nature. Ils cherchent à embraser la force des esprits : les tengu mais aussi la puissance des quatre éléments et d’animaux sauvages tels que les oiseaux de proie, leurs chevaux peuvent également porter des masques nommés Bamen qui leur donnent un aspect démoniaque.

Superbement mise en place par Gabriel Barbier-Mueller lui-même, l’exposition nous fait découvrir les dessous cachés des armures japonaises et des armures nauban : inspirées de celles des marins portugais qui débarquent au XVIème siècle au Japon. Nous replongeons aussi dans l’univers mythique des samouraïs avec cinq extraits de films dont les très fameux Les sept samourais d’Akira Kurosawa et Les contes de la lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi ainsi que deux documentaires, l’un sur la fabrication des sabres et l’autre sur la manière d’endosser les armures. La puissance de ces armures et leur magnificence n’a rien perdu au fil des siècles, une exposition éblouissante.

Patrik Ourednik accorde un sursis à la littérature européenne chez Allia
Donnellan monte « Dommage qu’elle soit une putain » adolescent et subversif
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *