Marché de l'art

La nouvelle réserve du Louvre gérée par une agence britannique

La nouvelle réserve du Louvre gérée par une agence britannique

08 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

Jean-Luc Martinez, président-directeur du Louvre, a annoncé la nouvelle ce mardi. L’agence britannique Rogers Stirk Harbour + Partners sera en charge de la construction du pôle de conservation des œuvres du musée. Ce dernier se tiendra à quelques centaines de mètres du Louvre-Lens, à Liévin dans le Nord-Pas-de-Calais…

Les réserves du musée du Louvre vont bel et bien être déplacées à Liévin dans le Pas de Calais, à quelque pas du Louvre-Lens. Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée, a annoncé la nouvelle ce mardi dans un communiqué en précisant que l’agence d’architecture britannique Rogers Stirk Harbour + Partners se chargera de la construction du futur pôle de conservation des archives du musée. Un choix judicieux puisque ce cabinet « starchitecte » était lauréat du prestigieux prix Pritzker (prix d’architecture) en 2007, a réalisé le musée Pompidou à Paris avec son homologue italien Renzo Piano et est actuellement en train de construire le nouveau terminal de l’aéroport de Lyon.

Pour le directeur, la construction de ce nouvel établissement est « un pas de plus dans la décentralisation ». « A partir du deuxième semestre 2018, et pour la toute première fois, les objets constituant les réserves du Louvre seront réunis en un lieu unique. Unique et surtout sûr après qu’en 2002, la Préfecture de Police de Paris ait alerté l’État sur les risques d’inondation encourus par les collections du musée situé sur les bords de Seine en cas de crue centennale. » rapporte Le Moniteur.

Un projet « vert » à 35 millions d’euros

Le projet de RSHP consiste en la construction d’un « bâtiment paysage » de 20 000 m², dont 10 000 m² de stockage pour conserver les 250 000 œuvres du musée pour le moment disséminées dans plus de 60 réserves en France. « Le paysage est le socle du projet » explique le mandataire. Le pôle, « légèrement incliné et d’emprise triangulaire » viendra s’insérer dans l’Arc vert d’Euralens. Il est un exemple parfait pour la stabilité climatique des espaces verts et grâce à son « toit-prairie » il permettra d’harmoniser ce lieu de vie. Les réserves du Louvre déménageront donc en septembre 2018, quand l’édifice à 35 millions d’euros sera livré. « Le coût total (qui inclut le déménagement) est estimé à 60 millions d’euros, financé à 51 % par le Louvre et 49 % par le conseil régional du Nord/Pas-de-Calais », révèle Télérama.

Un déménagement qui ne fait pas que des heureux

Déménager les réserves du Louvre ne ravit pas les conservateurs. Une pétition intitulée « Annuler le projet des réserves du Louvre à Liévin » a vu le jour sur le site Change.org. A l’heure actuelle, les 3 000 signataires dénoncent « les conséquences de choix, dramatiques pour l’avenir du Louvre ». Reste à savoir comment Jean-Luc Martinez va gérer la contestation. « Cela va être un changement dans la vie du musée, avec un musée qui travaille avec des réserves qui ne sont pas à portée de main (…) Ça suppose un accompagnement des personnels et de répondre à ces inquiétudes » avait-t-il déclaré lors de la conférence de presse présentant le projet.

Visuels : CP / © Rogers Stirk Harbour + Partners

Bourriaud VS Pellerin : polémique après l’éviction du directeur des Beaux-Arts
« Amália, les Voix du Fado » : Pour l’amour d’une Reine
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *