Arts

Les messages secrets du Général de Gaulle Londres 1940-1942

13 novembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

313 messages secrets envoyés depuis Londres par le Général de Gaulle à des compagnons des Forces Françaises Libres ont récemment été découverts par le collectionneur  et directeur du Musée des Lettres et des Manuscrits Gérard Lhéritier dans les archives d’une famille. Après la superbe exposition temporaire qu’il dédiait à Romain Gary (voir notre article), le musée  du Boulevard Saint-Germain expose ces autographes inédits et secrets du Général jusqu’au 12 mai prochain. Une manière instructive de rentrer dans les coulisses de la bataille qu’il a menée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les trésors les plus inattendus font parfois jour quand on ne les attend plus : ce sont 313 messages écrits de la main de l’illustre Général de Gaulle qui réapparaissent. Miracle ?!! Pas tout à fait. C’est le fruit de la patiente conservation qu’en a fait Marie-Thérèse Desseignet, une jeune femme franco-anglaise, qui fut l’une de ses premières partisanes à Londres et l’assista en tant que secrétaire pendant la Seconde Guerre Mondiale. Son petit-fils, Jean-Claude Chalumeau, héritier de cet étonnant morceau d’histoire, a l’idée de les proposer à Gérard Lhéritier, le président du Musée des Lettres et Manuscrits. Très enthousiaste, il  acquiert ces précieuses archives pour le musée et se penche dessus afin d’écrire un livre sur la question. Nous découvrons donc une écriture agitée, prompte, pleine de ratures, qui nous laisse deviner la vivacité d’esprit de son auteur. Avec ces lettres, photographies et explications, nous replongeons dans le quotidien d’une France divisée en deux, déchirée par la guerre civile dont le futur libérateur ignore alors s’il va sortir victorieux du conflit. Dans l’ombre, De Gaulle, assisté par sa femme et de rares partisans, mène un combat permanent pour la liberté et l’honneur de la France. Une France qui, sous le contrôle du régime de Vichy, l’a renié, le condamnant à mort le 3 août 1940. Mais le courageux général se montre fin stratège, il rallie à lui avec patience et détermination les français désireux de se battre et les départements d’Outre-mer.

L’exposition débute par la biographie de De Gaulle de 1940 à 1942 (la période où il a écrit les messages conservés par sa secrétaire) et la carte de ses déplacements dans ces années cruciales nous replace tout de suite dans l’atmosphère orageuse de cette guerre, qui continue à marquer les esprits de nos jours. Nous découvrons des aspects méconnus du conflit: beaucoup de français de cette époque ne savent s’ils doivent accorder leur confiance à Pétain ou à De Gaulle, le couple Marie-Thérèse Desseignet et Robert Chalumeau incarne cette division nationale. La morale, les convictions personnelles de chaque citoyen sont ébranlées. De Gaulle doit lutter non seulement contre les nazis mais aussi contre ses propres alliés qui tentent soit de s’ingérer dans la politique française et de prendre le contrôle de la France, comme essaient de le faire les anglais et les américains, soit contre des traîtres dans l’armée française qui veulent prendre sa place aux commandes du navire. Le général déploie une énergie impressionnante pour manifester son autorité et son bon droit. D’avril à septembre 1941, il visite la plupart des départements d’Outre-mer français pour faire entendre sa cause. Il se montre astucieux en s’alliant avec Staline pour rallier tous les communistes à sa cause. Il est au cœur d’un guêpier politique, militaire, social, racial et national dont il réussit à tirer son épingle du jeu pour rendre à la France sa souveraineté et aux français la fierté d’être français, y compris pour les habitants des territoires d’Outre-mer. Ces messages nous éclairent aussi sur les rapports qu’entretenait De Gaulle avec des personnalités aussi importantes que Winston Churchill, le général Catroux ou encore Albert Schweitzer. L’union fait la force, De Gaulle a su rallier au fil des années qu’a duré la Seconde Guerre Mondiale le nombre le plus considérable d’alliés qui ait jamais été rassemblé par un seul homme, une forte personnalité qui n’a pas fini de subjuguer tous les passionnés d’Histoire.


Outrage au public jubilatoire par la Compagnie de Koe
L’année de la pensée magique, Fanny Ardant et vous…
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *